Les femmes ingénieures au Québec : état de la situation

Aujourd'hui, les femmes ingénieures ne représentent que 13% des professionnels du génie au Québec, mais il semblerait que la proportion de professionnelles du génie soit en constante progression depuis le début du millénaire. Une tendance qui devrait se renforcer dans les prochaines années notamment grâce au programme 30 en 30 d’Ingénieurs Canada qui vise à faire en sorte qu'en 2030, 30% des nouveaux ingénieurs soient des femmes. Par ailleurs, dans quels secteurs retrouve-t-on les femmes ingénieures au Québec? Que peut-on dire concernant leur rémunération?

Les femmes ingénieures de plus en plus nombreuses

Force est de constater que la part des femmes dans le génie au Québec progresse depuis maintenant une quinzaine d'années. Selon les plus récentes statistiques d’Ingénieurs Canada, 18% des nouveaux ingénieurs du Québec sont des femmes contre 14% en Ontario ou 15% au Nouveau-Brunswick, ou encore 17% au niveau national.

Cette tendance est d'ailleurs fortement encouragée et les efforts déployés pour promouvoir la profession auprès des femmes vont en effet bon train :

  • l'initiative « 30 en 30 », lancée en 2015 par Ingénieurs Canada a pour objectif d’atteindre d’ici l'horizon 2030 30% de femmes ingénieures parmi les nouveaux admis dans la profession
  • l'Ordre des ingénieurs organise des Journées carrières dans les écoles secondaires et les cégeps et participe à l'événement « Les filles et les sciences »
  • les comités régionaux organisent des représentations animées par des ingénieures permettant de présenter la profession aux adolescentes.
  • l'École Polytechnique de Montréal a mis en place un organisme intitulé Folie Technique qui a pour objectif de démystifier la science auprès des jeunes, et plus particulièrement les filles, du primaire et du secondaire.

Du génie civil au génie chimique

Les femmes ingénieures actuellement en exercice sont, pour un quart d'entre elles, titulaires d'un bac en génie civil, du bâtiment et de la construction et la moitié des ingénieures occupent des fonctions de gestion de projets, de génie-conseil et d'ingénierie. Elles sont moins nombreuses dans les domaines tels que le génie mécanique, le génie forestier, la gestion, le génie chimique, la R et D, le contrôle de la qualité et de l'amélioration continue ou encore le design et la conception. Une répartition qui est en train de changer avec l'arrivée de jeunes diplômées puisqu'actuellement, un quart des jeunes ingénieures se spécialisent en génie chimique ou génie biomédical. Viennent ensuite le génie géologique, le génie civil, le génie industriel et le génie informatique. Quant aux domaines du génie électrique, du génie physique ou du génie mécanique, la plupart des candidates les boudent.

La rémunération des femmes ingénieures

Si les femmes sont plus nombreuses à travailler dans le secteur public que les hommes, elles se trouvent encore loin derrière eux en matière de rémunération moyenne. Selon le rapport d'Enquête sur la rémunération 2016, elles touchent un salaire moyen de base de 84 805$ annuel contre 96 059$ pour les hommes, expliqué en partie par le plus faible nombre d’années d'expérience, le secteur d’appartenance, le statut de syndicalisation ou encore la taille de l'organisation.

Les rémunérations globales des hommes et des femmes exerçant dans des entreprises de plus de 200 salariés sont toutefois quasiment équivalentes, même si l'on constate des écarts substantiels dans certains domaines, par exemple le génie civil qui rémunère 10% mieux les hommes que les femmes.

Au Québec, le pourcentage des femmes parmi les professionnels du génie est en constante augmentation. Un phénomène qui tend à se confirmer et fait l'objet de nombreuses initiatives destinées à l'encourager. On peut supposer qu'en toute logique, la proportion grandissante de femmes dans la profession devrait contribuer à réduire les écarts de salaires entre hommes et femmes, qui sont encore importants à l'heure actuelle.


Sources :

Femmes ingénieures au Québec : salaires et secteurs d’activité, RéseauIQ
Femmes en génie : le Québec se compare bien, OIQ
Les femmes en génie, Ingénieurs Canada
Quelle place pour les femmes à Polytechnique?, Radio-Canada  

 

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer