L’engagement et la créativité au service de entrepreneuriat : Myrielle Robitaille

Myrielle Robitaille est une ingénieure-entrepreneure guidée par ses valeurs et dont l’expertise est mise au service de l’amélioration concrète de l’environnement et de la société.

Se rappelant les raisons pour lesquelles elle a choisi la profession d’ingénieure, elle affirme qu’elle souhaitait contribuer à régler les graves problèmes environnementaux que l’humanité rencontre actuellement. « Je voulais que mon métier aide à sauver la planète! Comme bien des jeunes, je voulais faire une différence à ma façon » dit-elle avec conviction.

Étant à la base une généraliste, Myrielle Robitaille se spécialise peu à peu en bâtiments durables puis en efficacité énergétique. Après avoir travaillé pendant quelques années dans le domaine, elle est aujourd’hui cofondatrice et vice-présidente de l’entreprise Krome Services, un « entrepreneur général spécialisé en efficacité énergétique » des « systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation ».

La créativité en affaires

La vision qu’a Myrielle Robitaille de la profession d’ingénieure influence évidemment sa vision d’affaires. « L’entreprise du futur, c’est une entreprise qui est ouverte sur les enjeux de la société » dit-elle. C’est en proposant des solutions aux problèmes environnementaux, économiques et sociétaux que les entreprises pourront changer leur modèle d’affaires afin de s’orienter vers la créativité et l’innovation.

C’est d’ailleurs en étant à l’écoute des enjeux d’une clientèle particulière que Myrielle a eu l’idée de fonder sa propre entreprise, elle qui travaillait autrefois pour une firme d’efficacité énergétique qui desservait de gros clients institutionnels. « Ce que j’ai observé, c’est qu’il y avait des propriétaires du secteur privé qui ne voyaient pas leurs besoins desservis par l’offre de jadis. J’ai donc décidé de me lancer en affaires et de faire de cette clientèle mon marché cible. »

En janvier 2016, sa partenaire d’affaires Sandrine Tremblay et elle-même fondent Krome Services. « On était bien préparées! On avait conscience de nos forces, de ce que l’on voulait accomplir et surtout, des besoins du marché » se souvient-elle.  Krome s’intéresse aux besoins des propriétaires d’édifices commerciaux, industriels et multirésidentiels. Ce marché privé étant émergent, l’entreprise a dû rapidement adapter son modèle d’affaires et ses processus d’où l’importance d’être agile et créatif en affaires comme en ingénierie.

Sa réalité d’ingénieure-entrepreneure lui plaît beaucoup, lui donnant un pouvoir d’action plus grand. Ainsi, sa pratique professionnelle jumelée à l’entrepreneuriat lui permet d’accentuer la concrétisation de son rêve de jeunesse d’avoir un impact tangible sur l’environnement et la société, car depuis sa création, grâce aux émissions de gaz à effet de serre évité par ses clients, Krome a retiré virtuellement plus de 400 automobiles de la circulation.

Une pratique professionnelle créative

L’ingénierie est la base de la pratique d’affaires de Myrielle Robitaille. Pour elle, le génie représente la création et la réalisation.

Selon elle, on associe trop l’ingénierie à sa sphère technique. « Ce qui est important, c’est le processus! » dit-elle. Un ingénieur a la capacité, en plus d’appliquer des connaissances techniques, de partir d’un besoin et d’y apporter une solution concrète en passant par un processus de création.

C’est d’ailleurs ce processus créatif, jumelé à une formation continue, qui est le socle de la profession d’ingénieure. « Dans 10-20 ans, peu de ce que l’on nous aura appris [à l’université] sur le plan technique nous servira encore. Cependant, les bases des sciences de la nature, le processus d’apprentissage et le cheminement vers la recherche d’une solution restent, et c’est ce qui doit être le plus solide. »

Ainsi, il faut miser sur le caractère créatif de l’ingénierie pour le rendre plus inspirant. « Le génie est proche de l’art, en un sens » conclut-elle.

Une femme à suivre 

Les objectifs d’affaires et personnels de Myrielle Robitaille sont clairs : faire croître l’entreprise et faire grossir l’équipe.

Également, elle aimerait que le modèle d’affaires de Krome Services – basé sur la performance – devienne plus commun dans l’ingénierie et la construction plutôt qu’une exception.

Finalement, elle souhaite surtout que les femmes prennent plus de place dans le milieu des affaires et en ingénierie.  Il faut selon elle démystifier le monde des affaires et parler science et finance avec nos jeunes. « Je veux être un modèle pour les jeunes filles qui veulent devenir propriétaires d’entreprise ou ingénieures ! Quand j’étais jeune, il n’y avait pas assez de modèles de femmes d’affaires, d’ingénieure et maman de surcroît. Ça joue sur l’imaginaire quand on se projette dans le futur. »

Un « modèle pour les jeunes filles », Myrielle Robitaille l’est déjà puisqu’elle inspire quiconque – homme ou femme – en montrant qu’il est possible de jumeler engagement, ingénierie et entrepreneuriat.

 


L'entrepreneuriat vous intéresse ?

 

 


Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer