Les premiers pas en entrepreneuriat en aéronautique de MarieChantal Chassé

MarieChantal Chassé est présidente directrice générale de JMJ Aéronautique. Lors des Rencontres de Génie, elle participait à une entrevue d'honneur sur le thème de la prise de risques dans un contexte d'innovation. Dans le cadre de la journée internationale des femmes, elle a accepté de raconter ses premiers pas en entrepreneuriat en aéronautique afin d'inspirer ses pairs à oser à leur tour.

Entrevue avec MarieChantal Chassé : entrepreneuriat en aéronautique


Tout a commencé au tournant de mes 30 ans, au moment où j'ai osé ce grand saut, qui vous savez, s'est fait naturellement. En fait, ce n'est pas un saut, c'est un simple pas sur notre chemin. On aime bien se raconter des histoires en ligne droite, mais la vie est plutôt une série de zigzags nous ramenant toujours un peu plus sur notre voie. Deux ans auparavant, mon conjoint de l'époque désirait démarrer sa propre entreprise d'assistance technique en aéronautique et m'a demandé de l'aider à écrire son plan d'affaires. À cette époque, j'étais directrice de qualité pour Alcan, dans une industrie très connexe à celle de l'aéronautique. De surcroit, je savais faire un plan d’affaires : je l'avais appris sur les bancs de Polytechnique, m'étant spécialisée en innovation technologique et entrepreneuriat. En femme dévouée épaulant son mari, je m'y suis donnée corps et âme, multipliant les heures, écrivant cette vision pour son entreprise qui, en 5 ans, saura créer une rentabilité suffisante pour aspirer à ses propres hangars d’avion.

Vous voyez, déjà, sur les bancs d'université, l'entrepreneuriat m'appelait. Ce premier pas, il avait déjà été fait. C’est ce que je vous disais. Ce qui s'accomplit dans notre vie a souvent été nourri bien avant. Ce n'est qu’avec le recul que l'on constate toute l'intelligence de la vie. Sans qu'on en soit tout à fait conscients, les voies vers notre réalisation sont tracées, là, à l'intérieur de nous.

Mon mari démarra son entreprise en mai 1996. Moi, j'oeuvrais toujours au sein d'Alcan, fermement engagée sur le chemin de jeunes professionnels à haut potentiel (stepping stone program) implantant le premier projet pilote d’amélioration continue de notre division. Je me suis fait remarquer en amorçant spontanément des projets mobilisant les travailleurs de l'usine (les gars m'avaient surnommée Capucine!) J'incarnais ce que l'on qualifie aujourd'hui d'« intrapreneuse ». Je n’avais que l'impression de poser de simples actions qui me semblaient tomber sous le sens. J'entre et je prends en charge… Entre… Prends… C'est ma nature.

Un conseil pour orienter votre prochain pas lors de vos périodes de doute. Allez vers ce qui vous interpelle, ce pour quoi vous avez une envie, de l'appétit, ce qui vous semble une évidence. Recherchez ce sentiment que vous aviez lorsque vous étiez petite, courez vers ce qui vous emballe.

Près d'un an après son démarrage, l'entreprise de mon mari peinait à s'élever. Les fonds étaient quasi épuisés, et en mars 1997, je donnais naissance à notre deuxième fille. Peu de semaines après la naissance de Marine, mon mari signait son premier contrat. Bravo! En vue d’un voyage de pêche avec ses copains, j'offris alors à mon conjoint de prendre en charge son entreprise pendant son absence. Je me fis prendre au jeu : what a great game, me suis-je dit! Ainsi, avec la sécurité d'un emploi qui m'attendait à la fin de mon congé de maternité, j'explorais par procuration, avec beaucoup de joie, cette aventure qu'est l'entrepreneuriat. Imaginez-moi! Je m'exerçais à être entrepreneure. Bébé sous le bras (merci à maman et belle-maman), je partis conquérir les Amériques aérospatiales, multipliant les rencontres entre les allaitements. Connecticut, Colorado, Indiana, Kansas, Floride… Je traçais mon chemin à ma façon. C’est ce qui est génial avec l'entrepreneuriat. Vous êtes maître du jeu. Certains diront que je me suis créé une vie impossible. Ce à quoi je répondrai : absolument pas! Je suis de nature hyperactive, vous l'aurez deviné! Stimuler mon intellect en participant au démarrage de l'entreprise et avoir l'extraordinaire chance de chouchouter mes bébés entre ces intermèdes, c'était le bonheur! Sans surprise, pendant mon congé de maternité, je suis devenue coactionnaire de l’entreprise!

J'en profite pour vous présenter mes filles : Jade, Marine et Jézabel. Y reconnaissez-vous les initiales de mon entreprise JMJ Aéronautique? On entend régulièrement des entreprises nommées Tremblay et fils, Gilbert et fils, mais rarement les noms des enfants y figurent. Il n'y a qu’une mère pour penser à ça, c’est ma façon à moi d’inscrire mes valeurs familiales dans le monde des affaires.

Maintenant, faisons un bond en avant, plus précisément 5 ans jour pour jour après la création de l'entreprise, la vision que j'avais inscrite dans le plan d'affaires, croyez-le ou non, se réalisa. Nous avons fait l'acquisition de notre premier hangar au printemps 2001. Les institutions finançant les entreprises vous demandent un plan d'affaires. Ne le déléguez pas, produisez-le vous-mêmes. Et faites-le surtout pour vous, rêvez sur papier. Les paroles s'envolent, les écrits restent et pavent le futur. Aujourd'hui, à 50 ans, j'ai la chance de me lancer à nouveau et de devenir la chef d'une start-up techno! Avec tous ces jeunes trentenaires fougueux et dynamiques à la tête de ces start-ups prisées, ça fait du bien de penser qu'une femme, à l’orée de sa cinquantaine, y aspire aussi. CervoLabMC, une plateforme numérique visant à faciliter le partage de nos équipements et expertises de recherche, est mon dernier-né. Il est encore en incubateur pour quelques mois, et c'est tellement excitant!

Des inspirations qui me redonnent du souffle le long du chemin, j’en ai eu plusieurs. Pauline Marois, Lise Watier, Julie Snyder, Françoise Bertrand, Monique Leroux… Aujourd'hui, Dominique Anglade, Véronique Cloutier, Oprah Winfrey, Hillary Clinton… Ma maman Marielle, mon prof de maternelle Mylène, qui m’ont tellement stimulée. Mes filles aussi, mes muses, qui me font voir la vie sans limites. Plusieurs hommes ont également été des modèles dans mon quotidien, car j'ai toujours évolué dans un monde d'hommes. En fait, mon chemin est jalonné d'hommes qui ont cru en moi. Mon papa Lucien, mon prof de 6e Gérard, mes conjoints, mon frérot… Messieurs, vous avez été des ressources clés pour toutes les jeunes filles qu’on a été, et l'êtes pour toutes les jeunes femmes pleines de potentiel en devenir. Donnez-nous la main! "Make us part of the club. Let's dream together. You are so good at dreaming high. Show us ».

Alors, aujourd'hui, je me laisse aller à ce rêve glorieux d'un avion privé pour multiplier mes allées-venues par la voie des airs et à ce rêve tout simple de retourner auprès des miens en un instant pour un souper en famille tous les soirs. Je me rêve entrepreneure-investisseuse en série, comme plusieurs de ces hommes que l'on édifie en modèle (pourquoi pas nous aussi!), et simple écrivaine, jetant sur papier mes révélations quotidiennes pour nous inspirer dans la création un monde meilleur. Car la force de l'écrit, j'y crois fermement. Et aussi, je me rêve mécène. J'essaie de nourrir ce rêve un peu chaque jour, un pas à la fois, à ma mesure. À chaque occasion que la vie me présente, je partage mon enthousiasme et mon énergie débordante avec les jeunes qui sont encore à tout construire, à travailler comme des forcenés pour nous réinventer ce monde. Un peu chaque jour, c'est ça le secret. Une montagne se gravit un pas à la fois. On l'entend beaucoup cette maxime, mais trop souvent, nous les femmes, gelons devant le risque. Comme un enfant qui apprend à marcher, il faut accepter le risque de tomber. C'est à chaque pas qu'on gagne en confiance.

Un dernier conseil à mes jeunes consoeurs. Ne soyez pas parfaites. Soyez authentiques et ambitieuses. Osez jouer sur d’autres terrains de jeux. Osez être maître de votre vie. Et s'il-vous-plaît, donnez-vous un "break » si vous "failez »!  

J'aimerais vous dire à quel point je me suis éraflé les genoux, j'ai même déjà sérieusement piqué du nez. Mais cette histoire, je vous la garde pour une autre fois! Alors, marchez vers vos rêves, petits et grands, simples et grandioses. Créez-vous ce monde meilleur. Qu'il se réalise ou non, peu importe! Le temps que vous l'aurez rêvé, personne ne peut vous l'enlever. Osez un pas à la fois! À bientôt. MarieChantal


MarieChantal Chassé est ingénieure et présidente directrice générale de JMJ Aéronautique. Elle était en entrevue d’honneur « Oser prendre des risques pour mieux innover » dans le cadre des Rencontres de génie.

Revoyez l'événement en images

 


L'entrepreneuriat vous intéresse ?

 

 


Revenir au dossier Femmes en génie

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer