Génie québécois : un nouveau ventilateur médical en une semaine

Présenté par:
Logo sponsor

La communauté du génie québécois se mobilise!

Alors que le matériel médical se fait rare et que les différents pays jouent du coude afin de mettre la main sur les stocks existants, d’autres cherchent des manières de changer de paradigme et d’être en mesure de produire localement les équipements médicaux nécessaires pour traiter les personnes infectées par la COVID-19 ainsi qu’à protéger le personnel de la santé d’eux-mêmes contracter la maladie.

Danny St-Martin et Gabriel Gagnon travaillent tous deux chez Novo, une entreprise de développement de produits technologiques numériques et physiques, l'un comme concepteur électronique, l'autre comme concepteur de micrologiciels. Ensemble, et avec plusieurs de leurs collègues, ils ont décidé de répondre à l’appel à la mobilisation et de relever un défi technique en un laps de temps très, très court.

Défi mondial

Le 18 mars dernier, la « … Fondation de l'Hôpital général de Montréal, en collaboration avec l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), lançait un défi mondial d'innovation, soutenu par un prix de 200 000 $ CAN, appelant des équipes à concevoir… » un ventilateur fiable, facile à fabriquer, facile à entretenir et qui serait le moins cher possible.

Une personne au bureau de Novo décide alors de former une équipe. Danny et Gabriel embarquent.

Or, ils constatent qu’ils auront besoin d’expertises complémentaires au sein de leur équipe pour en arriver à concevoir un produit de qualité. « Chez NOVO, on est des concepteurs logiciels et matériels, mais on ne possédait pas assez de connaissances dans le domaine de la santé spécifiquement pour former une équipe à nous seuls. »

Ainsi, après avoir convaincu 11 employés de chez Novo de se joindre au groupe, ils contactent 4 autres personnes : 2 professionnels de chez Life Engine et 2 de chez Philomec, qui viendront ajouter notamment des expertises en lien avec la santé ainsi que le génie mécanique et biomécanique.

Ils sont prêts à relever le défi!

Prototype

Le concours en est un de style hackathon (en français « marathon de programmation »), c’est-à-dire un « Rassemblement de programmeurs qui, pendant un ou plusieurs jours, compétitionnent en équipe dans le but de développer des programmes sur un thème ou pour un événement déterminé, à partir de données qui sont mises à leur disposition. »

Or, les exigences de ce concours-ci vont plus loin. Elles demandent notamment qu’un prototype soit testé et qu’il soit approuvé par un ingénieur ainsi qu’un médecin spécialiste. « Un hackathon ne demande pas, normalement, de bâtir quelque chose maintenant! » me disent Danny et Gabriel. Ils rajoutent : « C’était donc tout un défi. Il fallait montrer un plan de test, réaliser une vidéo de présentation, produire un guide d’utilisation et un guide de montage et dresser une liste de matériel. (…) Ils voulaient tout pour pouvoir faire un produit et voulaient les signatures d’un ingénieur et d’un médecin spécialiste des poumons, tout ça en une semaine! »

Leur concept part d’une pièce d’équipement de base : un respirateur manuel que l’on retrouve notamment dans les ambulances. « Il y en a un par lit dans les hôpitaux du Québec, me disent Danny et Gabriel. Normalement, c’est activé à main. Là on le fait avec un moteur pour le nombre de respirations par minute. Le tout est connecté la ligne d’oxygène et d’air de l’hôpital et on utilise des solénoïdes électroniques pour le mélange air-oxygène. (…) Côté régulation, on utilise des senseurs de pression et on fait un contrôle de la pression d’inspiration qui est, en réalité, la consigne du système. »

En effet, le concours leur donnait seulement jusqu’au 31 mars pour élaborer un nouveau ventilateur avec certaines caractéristiques fournies de prime à bord.

Pour la suite

Bonne nouvelle : non seulement l’équipe a-t-elle relevé le défi que son concept simple et efficace lui a valu l’honneur d’être sélectionnée pour l’étape suivante du concours!

« À date, ils ont conservé 65 idées. Nous aurons des nouvelles pour les 10-15 meilleures idées bientôt et les 3 meilleures vont devenir open source. »

Qui se chargera de produire les respirateurs si jamais leur concept s’avère gagnant et que la demande croît rapidement? La réponse reste à trouver.

« Chez NOVO, on est des concepteurs, mais on ne fait pas de chaîne de production. (…) On a reçu des messages de compagnies qui voulaient fournir du matériel, des moteurs, qui voulaient imprimer des pièces en 3D. (…) Il y a un engouement, ça, c’est certain. On n’a pas peur qu’il va y avoir des volontaires pour bâtir une chaîne de production. »

Dany et Gabriel devraient savoir si leur équipe est sélectionnée parmi les trois lauréats d’ici la fin du mois d’avril.

 

Revenir au dossier COVID-19 : Relever ensemble les défis de notre temps

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer