Génie biomédical : profession superhéros

Le domaine du génie biomédical en est un vaste et fascinant qui couvre à la fois le très grand comme le très petit. De la cellule aux équipements d’imagerie par résonance magnétique, le domaine de l'ingénierie médicale recèle de très nombreux atouts que nous vous dévoilons aujourd'hui à travers le prisme des superhéros. Toute une league qu'on intègre en quelque sorte quand on prend part à ce passionnant domaine!

« Je suis Bio man! »

La première chose qui nous vient en tête lorsque l’on pense au génie biomédical est généralement la branche biomécanique avec ses bras robotisés à la Tony Stark, ses prothèses, orthèses et autres organes artificiels. Bien que celle-ci fasse partie du domaine biomédical et soit fascinante en elle-même, d’autres branches nous servent quotidiennement et sauvent des milliers de vies tous les jours tout en passant inaperçues.

« Ça va, il ne peut pas me voir »

Commençons notre voyage par le très petit. L’ingénierie biomédicale inclut l’ingénierie cellulaire, immunitaire, neurale et les nanotechnologies pour ne nommer que celles-là.

Celles-ci ont été primordiales dans la conception des puces à ADN, des systèmes de libération de médicament ou de gènes, de l’interface humain-ordinateur et de la culture cellulaire, qui pourrait un jour permettre aux grands brûlés et aux patients en attente d’un don d’organe d’augmenter exponentiellement leurs chances de survie et reprendre plus rapidement leurs activités. Pourquoi attendre la mort d’une autre personne si l’on peut construire un nouvel organe à partir d’un échantillon de cellules saines et compatibles?

« Envole-toi! Toile! Shazam! Go toile d’araignée go!* »

Augmentons d’un cran la taille et passons à un item utilisé quotidiennement par des millions de personnes et qui dépend lui aussi des efforts surhumains d’ingénieurs biomédicaux, plus précisément dans le développement de nouveaux biomatériaux, la lentille cornéenne. Et oui, environ 30% des personnes lisant ces lignes en ce moment le peuvent grâce au génie biomédical !

Les biomatériaux sont aussi utilisés dans le stockage de produits biologiques ainsi que dans le diagnostic, la surveillance et le traitement des patients. Ils doivent être conçus en ayant en tête leur propriétés mécaniques, thermiques, électriques, de diffusion, de conductivité, d’absorption ainsi que leur biostabilité et biocompatibilité. Complexe vous dites!

« Hulk veut… guérir »

Nous voilà rendus au très grand et aux branches les plus répandues dans nos centres hospitaliers, la conception et le maintien d’équipements de diagnostic et de surveillance des fonctions physiologiques. Des systèmes d’imagerie par résonnance magnétique, à ceux par laser en passant par toute la panoplie des électrocardiogrammes, électroencéphalogrammes et autres grammes, la conception et le maintien de ces équipements relève du domaine du génie biomédical. Pour ce faire, ces derniers sont en relation directe avec le personnel hospitalier et les patients.

Ils doivent travailler en équipe et s’entraider pour résoudre les problèmes pouvant survenir dans l’utilisation des équipements et trouver des solutions créatives afin d’améliorer les diagnostics. Donc, les dizaines de milliers de diagnostics établis chaque année au Québec dépendent tous des efforts soutenus du génie biomédical.

« Génie biomédical… rassemblement! »

Pour conclure, bien que toutes les branches du génie biomédical puissent apparaitre différentes, elles ont toutes le même point en commun et sont complémentaires, garder la population active et en santé. Elles nécessitent toutes une transdisciplinarité entre le médical et l’ingénierie, la passion de la résolution de problèmes concrets et bien sûr, une curiosité pour le fonctionnement du corps humain qui est la machine la plus complexe que l’on connaisse.

 

*Seuls les vrais fans de Spiderman, alias Peter Parker, peuvent comprendre 😉 Sinon, on vous donne un indice ici.

 

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer