Études en génie mécanique : quelles formations sont disponibles?

Voilà plusieurs années que le Québec manque de main-d'oeuvre spécialisée entre autres à cause du vieillissement de la population et du départ à la retraite de la génération du baby-boom.

Le génie mécanique obéit aussi à cette règle et offre de belles perspectives d'emploi, au Québec comme à l'étranger. Que l'on soit toujours étudiant ou déjà en poste, plusieurs options se présentent pour se former et obtenir un diplôme reconnu par le gouvernement du Québec et le Bureau canadien d’agrément des programmes de génie, porte d’entrée au permis d'ingénieur.

Le cursus étudiant traditionnel :

Le baccalauréat en Génie Mécanique

Proposé par plusieurs universités, comme à Laval ou Sherbrooke, ce programme complet de premier cycle, généralement accessible aux titulaires d'un Diplôme d'Études Collégiales, se répartit sur quatre années avec des aménagements différents en fonction de l'université.

Sherbrooke propose un baccalauréat en génie mécanique avec trois cheminements : cheminement régulier, avec concentration en bio-ingénierie, ou concentration en génie aéronautique. Ce cursus peut également être réalisé avec un profil international. Le baccalauréat ouvre sur des postes de type ingénieur-mécanicien avec un salaire minimum constaté de 40 000 $ en début de carrière.

La maîtrise en Génie Mécanique

Avec un baccalauréat en poche et une bonne moyenne, il est possible de poursuivre avec une maîtrise qui dure de 2 à 4 ans. Cette formation vise à approfondir ses acquis et à développer une expertise en systèmes mécaniques, aéro-hydrodynamiques, productiques et énergétiques. À Sherbrooke, on distingue la maîtrise de type cours qui permet de travailler sur un projet de spécialisation en génie mécanique dans un domaine choisi par l'étudiant en relation avec une entreprise proposant un projet ou un professeur, de la maîtrise de type recherche qui est axée sur un projet de recherche plus approfondi avec un professeur. On retrouve cette distinction à l'école Polytechnique de Montréal qui propose deux maîtrises en génie mécanique, appelées profil recherche et profil professionnel. Selon Monster.com, une maîtrise en génie mécanique permet de percevoir un salaire moyen de 105 000 $.

Certains établissements comme Polytechnique offrent également la possibilité de suivre une formation en vue d'obtenir un D.E.S.S. qui est aussi un diplôme de second cycle, mais s'effectue sur plusieurs mois. C'est une voie idéale de formation continue pour les travailleurs souhaitant entreprendre une formation courte de second cycle.

Il est notamment possible de suivre ces formations de second cycle en cours du soir à l'ÉTS.

Le doctorat en génie mécanique

La maîtrise en génie mécanique débouche naturellement sur le doctorat pour ceux qui ne souhaitent pas se lancer sur le marché du travail, mais parfaire leurs connaissances en réalisant essentiellement des projets de recherche en étroite collaboration avec l’industrie.

Dans la région du Québec, ces diplômes débouchent vers des postes de consultants, administrateurs, chefs de service et directeurs d'usine, principalement dans les secteurs de la fabrication de véhicules, de la transformation des métaux et du génie-conseil.

Les formations courtes et spécifiques

Il existe un grand nombre de formations continues de courte durée, permettant au salarié de concilier apprentissage et vie professionnelle, et qui visent essentiellement à acquérir ou parfaire ses connaissances ou dans un domaine précis. Voici quelques exemples de formations proposées par le Réseau des ingénieurs du Québec sur un ou deux jours :

– La conception avancée de produits en aluminium en collaboration avec l'Association de l’aluminium du Canada

– La norme CSA B51 : Chaudières, vaisseaux sous pression, tuyauterie sous pression – La mise à jour sur la conception des systèmes de gicleurs automatiques

– Les méthodes d’analyse sismique pour les équipements mécaniques industriels

– La mise à jour des applications industrielles des composites anticorrosion

Des microprogrammes sont également proposés, notamment par l'École Polytechnique de Montréal, et permettent d’acquérir ou de parfaire des connaissances dans le cadre de la formation continue. En premier cycle, on retiendra les programmes Aéronautique, Automatisation Industrielle et Design et fabrication axés sur des produits spécifiques. Toutes ces formations sont validées par une attestation d’études en Développement de Produits.

Les métiers du domaine du génie mécanique, très enrichissants du fait de l'évolution rapide et constante des produits à concevoir, accordent une grande liberté aux ingénieurs qui sont encouragés dans leur créativité et leur sens de l’innovation. S’orienter vers le génie mécanique est une valeur sûre tant au niveau des perspectives professionnelles que de l’épanouissement personnel.

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer