Ingénieur et milieu de travail : le génie-conseil vs la fonction publique

L'ingénieur-conseil travaille dans une équipe de projet chargée de livrer au client un certain nombre de services. Son rôle faisant appel à ses compétences scientifiques, techniques, voire parfois de coordination et de gestion en fonction du type de projet et de son ampleur, l'ingénieur-conseil doit faire preuve de polyvalence dans un milieu de travail assez différent de celui de la fonction publique.

Le milieu de travail en génie-conseil

L'ingénieur-conseil offre son expertise à des entreprises clientes. Il est à l’aise et apprécie le contact avec la clientèle avec laquelle il communique au quotidien. Dans le cadre des projets, il est en outre fréquemment amené à travailler chez le client, ce qui lui demande souplesse et flexibilité. À l’écoute des équipes de projets et des clients, il doit en temps réel adapter les services rendus en fonction des besoins des entreprises clientes. Ce poste nécessite de ce fait une grande réactivité et la faculté de livrer un service sur mesure, chaque client ayant des cultures d'entreprise et processus différents. L'ingénieur-conseil fait des objectifs de sa clientèle les siens, et gère le projet de manière à le mener à bien dans le respect du cahier des charges et des délais définis. L'intégration de ces contraintes exige une élasticité de son emploi du temps, l’acceptation de restrictions temporaires du temps dédié à la vie personnelle, et d'un stress inhérent à la fonction.

Le salaire de base moyen de l'ingénieur-conseil du secteur privé, de 86 310 $, atteint quasiment celui du public, ce dernier étant de 88 802 $. Mais il faut également de tenir compte de la rémunération directe qui dans le privé représente plus de 110 % du salaire de base, contre moins de 103,6 % dans le secteur public.

Les ingénieurs du privé bénéficient d'autres avantages. Ils sont plus nombreux à être couverts en matière d'assurance maladie (92 % contre 88 % dans le public), d'invalidité (86 % contre 83 % dans le public) et d'assurance vie (85 % contre 80 % dans le public). Ils bénéficient également d'un accès plus large à l'assurance collective (93 % contre 91 % dans le secteur public), et ont meilleur accès aux programmes de soins oculaires (65 %) et dentaires (75 %) que ceux exerçant dans le secteur public.

Le milieu de travail dans la fonction publique

La fonction publique offre un milieu de travail différent. Elle favorise la mobilité en permettant aux ingénieurs de changer d'emploi pour travailler dans les différents organismes et ministères de la province. Elle offre en outre des programmes de formation pour les ingénieurs désireux d'acquérir et de parfaire des connaissances, en plus des perspectives de progression de carrière qui s'ouvrent grâce aux concours de recrutement.

Les contreparties et les conditions de travail proposées sont alléchantes : le nombre moyen de jours de vacances est 22,2 dans le public contre 18,8 dans le secteur privé, sans compter que la fonction publique offre des congés liés aux évènements de la vie personnelle, des congés parentaux, des congés pour évènements familiaux et des congés pour responsabilités familiales et parentales. À cela s'ajoutent l'accumulation des jours de congé de maladie et un nombre de jours fériés payés supérieur à ceux rémunérés dans le secteur privé.

97 % des ingénieurs du public ont accès à un régime de retraite contre 78 % dans le secteur privé. La durée de travail hebdomadaire y est de 39 heures contre 43 dans le privé. Et 62 % des ingénieurs du public sont admissibles au paiement des heures supplémentaires contre 39 % dans le secteur privé. Les horaires flexibles sont également plus répandus dans le public (87 %) que dans le privé (78 %).

Le génie-conseil et la fonction publique offrent des milieux de travail extrêmement différents et chaque ingénieur doit faire son choix en fonction de ses aspirations, de son aptitude à concilier carrière et vie familiale et de l'investissement personnel qu'il souhaite y consacrer.


Source : Enquête sur la rémunération des professionnels en génie 2016

Revenir au dossier Rémunération en génie

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer