Recycler le polystyrène, une technique en économie circulaire

Stéphane Martel est un ingénieur polyvalent. Diplômé du baccalauréat en génie chimique de l’Université Laval en 2014, il s'est joint tout de suite après ses études à l’équipe de Polystyvert, une jeune pousse québécoise du secteur environnemental qui développe et commercialise une technologie novatrice : recycler le polystyrène.

Responsable de la définition des besoins, la conception ainsi que la construction de la «première usine de recyclage de polystyrène par dissolution au monde », Stéphane fût impliqué sur tous les fronts techniques de l’entreprise. Il a dû développer ses connaissances et ses compétences dans diverses spécialités du génie, comme par exemple en électricité, en mécanique ainsi qu’en automatisation.

« Je n’étais pas un expert en automatisation, mais il fallait se débrouiller! » dit-il, très humble. Stéphane est sans conteste un exemple de débrouillardise et de détermination! En l’espace de quelques mois seulement, l’usine de démonstration était construite. Lorsqu’elle sera en opération à temps complet, elle « pourra recycler annuellement jusqu’à 600 tonnes à capacité maximale » de polystyrène, explique-t-il.

C’est une réalisation de taille pour un ingénieur et l’équipe technique sur lesquels repose une grande part de responsabilité dans le développement de cette entreprise technologique à la croisée des chemins.

Recycler le polystyrène : pourquoi et comment?

Fondée en 2011, l’entreprise est d’abord en phase de recherche et développement (R-D) jusqu’en 2014, puis passe ensuite en phase de prototypage jusqu’en 2017. Poursuivant toujours des activités de R-D, elle est aujourd’hui au stade de la commercialisation de sa technologie de recyclage du polystyrène.

Le polystyrène est un polymère qui, souvent, « … n’est pas recyclé à cause de son fort taux de contamination : étiquettes, résidus alimentaires, résidus de traitements industriels, etc. » (Polystyvert)

Cette réalité fait en sorte qu’une grande quantité de cette matière s’en va directement au site d’enfouissement après une seule utilisation, une situation qui ne peut plus durer dans un contexte où la protection de l’environnement devient un enjeu majeur, et ce, partout au monde. C’est donc au problème du recyclage du polystyrène que s’attaque la technologie brevetée de Polystyvert.

Il faut savoir que le volume du polystyrène est composé à 98% d’air. La technique développée par Polystyvert utilise donc un concentrateur afin de réduire le volume de la matière première directement chez le générateur. La matière est ensuite traitée avec deux solvants à l’usine; l’un permettant de dissoudre le polystyrène de l’ensemble de la matière première, l’autre de séparer le polystyrène de la solution obtenue en premier lieu afin d’obtenir des pellets de polystyrènes de haute qualité pouvant être vendus comme commodité.

Un nouveau chaînon de l'économie circulaire : recycler le polystyrène

La méthode que l’entreprise a développée permet de recycler 99% du polystyrène se retrouvant dans la matière première à l’entrée de son procédé. De surcroît, le polystyrène recyclé qu’elle produit atteint des standards de qualité inégalés dans le monde.

Ainsi, l’entreprise permet de concrétiser une forme d’économie circulaire dans un secteur où elle n’existait pas jusqu’alors; un réel progrès technique au service de la protection de l’environnement.

Il est à noter que l’entreprise travaille actuellement à améliorer son procédé afin de permettre une plus grande variabilité d’entrée au système tout en préservant la qualité de la matière obtenue à sa sortie. «On veut augmenter la variabilité d’entrée pour que la technologie puisse être employée dans un maximum de contextes» affirme Stéphane Martel.

Partenaires et stratégie de croissance : s’allier pour recycler le polystyrène

Fait notoire, l’entreprise compte sur de solides partenaires financiers ainsi que sur un partenaire industriel majeur, Total Polymères, une filiale du géant français du secteur de l’énergie Total. Ce partenaire d’envergure souhaite notamment utiliser la technologie développée par Polystyvert à grande échelle, et ce, dans l’ensemble des marchés internationaux qui lui sont d’ores et déjà accessibles.

En effet, l’entreprise ne vise pas à construire elle-même des usines de traitement, mais plutôt à vendre « … des licences d’utilisation sur ses technologies. »

« C’est une manière d’accélérer le processus d’adoption de notre technologie » dit Stéphane Martel. « Nous, on veut se concentrer sur le support technique et aider nos clients à se servir de notre technologie. »

Cette approche, en plus du partenariat avec Total Polymères, devrait ainsi permettre une meilleure pénétration de la technologie de Polystyvert sur les marchés, augmentant ainsi les impacts environnementaux et économiques que permettent leur procédé novateur.

Revenir au dossier Économie circulaire: L'ingénierie au coeur de l'innovation

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer