L’intelligence artificielle en génie : à quel prix?

L’intelligence artificielle est sur toutes les lèvres. Et les ingénieurs sont des acteurs clés dans ce changement de paradigme qui se pointe à l’horizon. Êtes-vous prêts à faire le saut ? L’événement Rencontres de génie - L'intelligence artificielle : du génie dans les données porte sur l’intelligence artificielle en génie, Genium360 a rassemblé des projets inspirants et des astuces pour vous éclairer. 

Le Canada occupe un rôle important dans la course vers l’intelligence artificielle (IA). Les investissements gouvernementaux se multiplient afin de stimuler la recherche. C’est d’ailleurs à Montréal que se trouve la plus grande concentration de chercheurs en IA dont l'intelligence artificielle en génie. Toutes les cartes sont alignées pour permettre aux entreprises en génie d’investir et de profiter de l’IA. Toutefois, quelques questions demeurent. 

Est-ce que l’intelligence artificielle est pour mon entreprise?

L’intelligence artificielle en génie a le potentiel d’augmenter la productivité de 40 % d’ici 2035. Toutefois, l’IA n’est pas un projet à court terme pour bon nombre d’entreprises canadiennes.

Alain Lavoie n’est pas surpris de ces chiffres. Président d’Irosoft, il accompagne ses clients dans leur transformation numérique et pour des projets d’intelligence artificielle. Il confie que les entreprises veulent parfois aller trop vite.  

Monsieur Lavoie rappelle qu’il est important de se poser les bonnes questions avant de se lancer dans un projet d’intelligence artificielle. «Beaucoup d’entreprises veulent intégrer l’intelligence artificielle dans leurs pratiques sans réellement savoir ce qu’ils veulent accomplir ou sans avoir procédé à un virage numérique. C’est un peu comme quelqu’un qui voudrait se procurer le meilleur bâton de hockey, même s’il ne joue pas au hockey.» Alain Lavoie précise qu’il est primordial de fixer des objectifs et de savoir ce que l’on veut accomplir avec l’IA. 

L’importance des données 

Pour réaliser un projet en intelligence artificielle en génie, il est indispensable de posséder des données. «C’est à travers un ménage et une valorisation des données que nous aidons à positionner des projets», fait valoir Monsieur Lavoie. Effectivement, s’attaquer aux données est un premier pas en avant pour permettre aux machines d’apprendre et ainsi, tirer profit de l’IA. 

Exemples de projets prometteurs d’intelligence artificielle en génie

Le Canada a récemment investi 950 millions de dollars pour l’appui à des supergrappes d’innovation. Le groupe OPTEL fait partie du consortium de chaînes d’approvisionnement propulsé par l’intelligence artificielle.

«Nous sommes toutefois en attente des détails du financement, précise Érica Boivert, directrice communications et affaires publiques du groupe OPTEL. Les projets vont dépendre du budget alloué, de même que les ressources humaines.» Chose certaine, l’investissement permettrait à OPTEL d’assurer une meilleure traçabilité des produits dans l’activation des chaînes d’approvisionnement intelligentes et d’acquérir des données exploitables. Du travail qui attend les ingénieurs. 

Pour d’autres entreprises, l’intelligence artificielle en génie fait déjà partie du quotidien. C’est le cas par exemple de Téo Taxi qui a mis en place un logiciel de gestion pour son parc de véhicules électriques. Ce programme a été crée grâce à des algorithmes inspirés de l’intelligence artificielle. Il a pour objectif de diminuer le temps d’attente de ses clients. 

Automat utilise l’IA pour faire du marketing conversationnel. L’entreprise a créé le robot intelligent Beauty Gifter pour son client L’Oréal. Sur le Web, ce robot aide les clients de l’entreprise de produits cosmétiques à trouver le cadeau idéal selon une série de questions. Cette initiative permet à L’Oréal de mieux connaître sa clientèle, en plus d’avoir une conversation personnalisée avec un consommateur.  

À travers la première édition du parcours Datapreneur, un programme lancé par le Centre d’entrepreneuriat Poly-UdeM, plusieurs projets d’intelligence artificielle en génie sont à l’honneur. Découvrez-les ! 

Intelligence artificielle et ses coûts dans tout cela?

«Il faut comprendre que le virage vers l’IA est un processus qui peut être long et couteux. Les projets de recherches peuvent varier entre 1 et 4 ans. Et ce n’est pas garanti que ça fonctionne», prévient Alain Lavoie. Il va s’en dire que les coûts varient énormément d’un projet à un autre. 

L’IA touchera assurément les ingénieurs. Pour vous préparer à ce virage, Genium360 a exploré l'intelligence artificielle sous différentes thématiques lors d'une précédente édition de Rencontres de génie

 

Le Big Data vous intéresse ?

 

 

 

Revenir au dossier Intelligence artificielle

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer