L’intégration verticale 4.0 au bénéfice de la performance industrielle

Lors de la 4e édition des Rencontres de génie autour du virage 4.0, Catherine Bouchard présentait les bénéfices de l’intégration verticale en entreprise à travers deux études de cas, Splendid Chocolates et Beauti-Tone. « Avec l'intégration verticale, on vient connecter deux mondes complètement différents : le monde de l’informatique et le monde du temps réel, du plancher de production » souligne la présidente de Centris Technologies.

La structure d’analyse de ces deux cas d'étude est établie en 6 étapes : d’abord la réalité de production (1), puis la problématique rencontrée ainsi que ses causes (2), la solution implantée (3), les résultats engendrés par celle-ci (4), le coût d’implantation (5) et enfin les concepts pertinents de l’industrie 4.0 utilisés (6). Trois le sont particulièrement : la production intégrée qui permet à toutes les machines de la compagnie d'interagir entre elles, mais également  l’instantanéité de la transmission des données pour repérer immédiatement les problèmes sur le terrain et enfin, l’intégration verticale.

Deux cas concrets d'intégration verticale 4.0

La première compagnie, Splendid Chocolates, se démarque grâce à ses chocolats colorés bien sûr, mais surtout grâce à une installation de système intégré de façon verticale mineure mais à fort impact. La tâche des techniciennes est minutieuse (ce sont d'ailleurs uniquement des femmes qui sont sur la ligne de production). Elles commencent par peinturer des moules, puis y déposent du chocolat et ensuite l’emballent avant de l’expédier. Le but est ici d’optimiser la seconde étape, afin que la personne en charge du dépôt de chocolat travaille de manière à optimiser les ressources et le temps disponible.

La solution adoptée est une intégration partielle : des écrans sont utilisés afin de communiquer des indicateurs clés de performance à tous les employés, comme le nombre de chocolats produit par minute. C’est une intégration partielle puisque l’information provient des machines mais n’est pas connectée avec le progiciel de gestion intégré (PGI) de l’entreprise. Le retour sur investissement (ROI) est rapide : 6 mois pour un investissement initial de 22 000 $, dont la majorité provient de la programmation d’applications c’est-à-dire 15 000 $.

Catherine Bouchard pendant sa présentation lors de la 4e édition des Rencontres de génie

La seconde compagnie, Beauti-Tone, est une marque de peinture de Home Hardware produite à plus de 4 millions de gallons par année. Deux enjeux ici : l’identification des lots de peinture toujours manuelle et les arrêts machines, qui doivent être diminués. Pour ce faire, une intégration complète est réalisée : les machines sont reliées au PGI de l’entreprise afin que toutes les étapes d’entrée de données soient désormais effectuées automatiquement.

Maintenant que toute l’information est numérique, les arrêts machines sont facilement repérés et analysés. Les résultats sont impressionnants, puisque l’efficacité a augmenté de 30 %. Ici, c’est un investissement initial de 125 000 $, dont 75 000 $ en application et 35 000 $ en matériaux logiciels.

Les bénéfices de l'intégration verticale 4.0

Dans les deux cas, de nombreux bénéfices ont été identifiés par les deux entreprises : une visibilité accrue des performances, une hausse de la motivation des employés à rencontrer les objectifs, une augmentation de la productivité et une diminution du coût d’exploitation. Ces résultats ont été obtenues dans le cadre d'un petit comme d’un grand projet d’intégration verticale. Les bénéfices du virage 4.0 sont concrets et mesurables.

Enfin, Catherine Bouchard termine en mettant en perspective que ce n'est pas l'outil qui est le plus important lors d'une transition numérique industrielle, c'est  l'équipe qui l'est car c'est elle qui mènera les changements technologiques au sein de l'entreprise.

 

 

Revenir au dossier Génie 4.0 : 4e révolution industrielle

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer