Formation des ingénieurs : baccalauréat ou maîtrise?

En fonction de nos choix et de nos vies personnelles, nous ne sommes pas tous amenés à suivre le même parcours académique. Le génie n'échappe pas à la règle et en matière de formation des ingénieurs, il existe plusieurs options : le diplômé peut choisir d'entrer sur le marché du travail dès l'obtention de son baccalauréat, ou décider de poursuivre ses études en maîtrise, voire pousser ensuite jusqu'au doctorat. Il arrive même que des étudiants provenant d'autres disciplines se réorientent vers des études d'ingénieur.

Le Baccalauréat, porte d'entrée au titre d'ingénieur

Afin de s'inscrire dans un programme de baccalauréat en génie au Québec, il est nécessaire d'être titulaire d'un diplôme d'études collégiales. Il faut ensuite compter quatre ans pour terminer les études et obtenir son baccalauréat qui constitue le premier diplôme permettant d'accéder au titre d'ingénieur.

Selon le Rapport sur le marché du travail en génie - Projections jusqu'en 2020 d'Ingénieurs Canada, à l'heure actuelle, le pays manque de professionnels du génie expérimentés ou spécialisés. Cet état de fait est en grande partie dû au vieillissement de la population et aux départs à la retraite de la génération du baby-boom. À ce phénomène s'ajoute des opportunités pour les jeunes diplômés grâce à la naissance de nouveaux marchés encore inexistants il y a quelques années, comme la maintenance des infrastructures ou le smart grid.

La Maîtrise en génie ne s'adresse pas qu'aux bacheliers en génie

Le programme de maîtrise en génie est ouvert aux étudiants titulaires d'un baccalauréat ou équivalent ayant obtenu un certain nombre de points lors des études, ce critère variant en fonction des écoles. La durée du programme est en moyenne de 6 trimestres à temps complet.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'est pas indispensable de provenir du génie pour poursuivre à la maîtrise. À Polytechnique Montréal, par exemple, les promotions sont composées d'étudiants aux expériences très variées. Certaines industries, comme le secteur manufacturier, sont d'ailleurs très friandes de ce type de profils atypiques et polyvalents.

Afin d'établir un pont entre les cycles, il existe des établissements comme l'École Polytechnique de Montréal ou l'Université de Sherbrooke qui proposent le cheminement « baccalauréat-maîtrise intégré » permettant aux étudiants désireux de poursuivre en études supérieures de réduire la durée des études.

L'écart de rémunération

Selon le rapport 2016 de l'Enquête sur la rémunération des professionnels en génie salariés du Québec, les ingénieurs détenant une maîtrise touchent en moyenne une rémunération de 10% supérieure à leurs homologues bacheliers : en effet, un ingénieur titulaire d'un baccalauréat perçoit un salaire de base annuel de 92 587$ pour une rémunération directe moyenne de 102 121$, tandis qu'un ingénieur possédant une maîtrise touche un salaire direct moyen de 103 610$ pour une rémunération directe moyenne de 114 165$.

À partir du moment où l'on est titulaire d'un diplôme québécois en génie, qu'il s'agisse du baccalauréat ou de la maîtrise, on peut de fait devenir membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec et porter le titre d'ingénieur. Et compte tenu de la forte pression exercée par la demande en professionnels du génie en sol canadien, le plein emploi est assuré pour les ingénieurs diplômés qui ont tous un bel avenir devant eux.

Un étudiant ayant la possibilité de poursuivre ses études jusqu'à la maîtrise aura toutefois intérêt à poursuivre ses études dans la mesure où ce diplôme de second cycle lui permettra de percevoir une meilleure rémunération.

Références :


Letarte, Martine, La Presse Affaires, Une maîtrise en génie sans être ingénieur! mai 2014 : http://affaires.lapresse.ca/cv/conseils/201405/11/01-4765691-une-maitrise-en-genie-sans-etre-ingenieur.php

Ingénieurs Canada, Rapport sur le marché du travail en génie - Projections jusqu'en 2020, janvier 2013, https://www.engineerscanada.ca/sites/default/files/w_engineering_labour_market_in_canada_oct_2012_fr.pdf  

Revenir au dossier Rémunération en génie

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer