Les Vergers d’Afrique : Nourrir les villageois, mais aussi améliorer leurs capacités techniques et financières

Gagnante catégorie Engagement

Concours IMDD 2017

Comptant plus de 25 000 heures de bénévolat au service du Burkina Faso, Chantal Bernatchez se donne comme mission de lutter contre l’insécurité alimentaire par la plantation d’arbres fruitiers et la mise en place d’infrastructures agroalimentaires.

EN QUOI CONSISTE VOTRE PROJET? POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE VOUS Y ENGAGER?

Vergers d’Afrique, c’est une initiative visant à contrer l’avancement du désert et à procurer la sécurité alimentaire de gens vivant en zone aride dans la région de Téma-Bokin, au Burkina Faso. Parmi les méthodes déployées afin d’y parvenir, depuis l’automne 2016, nous y avons notamment planté 450 manguiers, 100 anacardiers (produisant des noix de cajou) et 50 goyaviers. Ici, l’objectif est d’y mettre 1200 arbres. Au total, 300 familles et 3000 habitants seront les bénéficiaires de cette mesure.

De plus, sur les 10 hectares donc nous sommes les responsables, nous en consacrons un en entier à des activités de jardinage communautaire et de culture de céréales pour le court terme, en attendant que les arbres donnent leurs fruits. Or, en à peine trois mois à la fin de l’année dernière, les résultats ont dépassé nos espérances. Le tout avec un simple investissement de quelques milliers de dollars de semences et 500 $ dans le but de réaliser un puits pour l’irrigation des vergers et des jardins. De plus, ces jardins et vergers permettront la vente de produits frais dans les marchés locaux ainsi que l’alimentation éventuelle d’usines de transformation. C’est donc un écosystème complet que nous souhaitons construire dans le but d’y valoriser la terre. L’accès à l’eau, le déploiement d’infrastructures, la construction d’entrepôts et l’installation de matériel pour le séchage alimentaire (farine, fruits, etc.) font ainsi partie de nos objectifs. Par conséquent, nous avons mobilisé un réseau de plus d’une centaine de personnes autour de ce projet, ici et ailleurs.

Elles nous fournissent un savoir-faire, de même que des connaissances en technologie et en développement durable. Parmi ces partenaires, notons des groupes comme Ingénieurs sans frontières, le Centre d’étude et de coopération internationale et une association locale nommée Buud-Nooma (qui signifie « la famille est bien » en langue moré).

QUELS SONT LES IMPACTS (PRÉVUS OU MESURÉS) SUR LES COMMUNAUTÉS AUPRÈS DESQUELLES VOUS VOUS ÊTES ENGAGÉE?

Outre la plantation d’arbres et l’activation de jardins communautaires, les actions de Vergers d’Afrique depuis sa création ont été multiples et sur différentes plateformes. Par exemple, elles vont de la modélisation d’un système technique de pompage à énergie solaire pour l’irrigation jusqu’à la formation technique en agriculture d’un paysan local.

Toute la stratégie de développement du projet s’articule d’ailleurs autour des paysans : engagement envers les communautés, entraide mutuelle, compétences à la fois développées et partagées, etc. Nous avons aussi instauré un stage pour l’élaboration de recettes à partir des produits locaux, en plus d’y mettre en place une opération inspirée du modèle des clubs de petits déjeuners.

De même, grâce à la participation de 27 étudiants en génie, nous avons pu concevoir une demi-douzaine de plans d’aménagement pour la construction d’une usine alimentaire. Sans oublier les salles de production, qui font aussi partie du concept. Donc, parce que nous allons beaucoup plus loin que la simple plantation, entre autres par une telle construction d’infrastructures, nous allons non seulement nourrir les villageois, mais améliorer leurs capacités techniques et financières. À ce jour, nous avons récolté plus de 200 000 $ afin de mettre en place tout cet écosystème.

QUEL MESSAGE OU CONSEIL AURIEZ-VOUS À TRANSMETTRE POUR INSPIRER VOS PAIRS DU MONDE DU GÉNIE À S’ENGAGER EUX AUSSI?

Malgré une famille de quatre enfants et un emploi à temps plein chez Hydro-Québec, je trouve du temps pour faire une différence. Donc, j’incite les jeunes à faire de même. Montez votre projet d’entreprise et soyez solidaires, car cela peut vous mener loin. Je suis d’ailleurs encouragée de les voir nombreux lors de nos activités de financement.

QUELLE A ÉTÉ VOTRE PLUS GRANDE INSPIRATION?

À 21 ans, j’ai séjourné quelques mois en Afrique. Très vite, j’y ai été inspiré par les gens. Même dans des conditions misérables et étant vulnérables à la faim et à la maladie, ils se montraient souriants et débrouillards. Devant leur instinct de survie, j’ai constaté que j’étais choyée, puis j’ai décidé d’agir pour eux.

VOTRE PROJET/ENTREPRISE EN UNE PHRASE ?

Bénévole depuis 2001 auprès du Burkina Faso, Chantal Bernatchez y met actuellement en place un système pour nourrir les habitants de Téma-Bokin.

 

Par : Chantal Bernatchez, Chef d’équipe, S&R, d’Hydro-Québec

Voir la vidéo du projet

Voir le site web du projet

Voir tous les articles de la catégorie Engagement Concours IMDD 2017: 

Zénith

Alte

 

Revenir au dossier Inventer le monde de demain 2017

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer