ALTE : des visionnaires se créent un emploi en bâtissant une coopérative au service des communautés

Finaliste catégorie Engagement 
Concours IMDD 2017

Avec ALTE, de jeunes ingénieurs souhaitent implanter un modèle axé vers le bien commun dans une optique de changement positif.

EN QUOI CONSISTE LE PROJET DANS LEQUEL VOUS ÊTES ENGAGÉ? POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE VOUS Y ENGAGER?

ALTE (pour Alternatives locales en technologies énergétiques, écologiques, équitables), c’est la première coopérative de travailleurs-ingénieurs et de génie-conseil au Québec à offrir des services exclusivement à des groupes communautaires et à des entreprises écoresponsables qui agissent pour un changement positif. Elle a été initialement imaginée par de jeunes finissants de l’École de technologie supérieure. Ces visionnaires pleins d’énergie ont décidé de se créer un emploi en bâtissant une coopérative au service du bien commun.

Le geste que ces jeunes ont ainsi choisi de poser a une grande portée. Cela signifie que, au terme de quatre années d’études intensives dans une bâtisse dont les murs sont littéralement tapissés de logos d’entreprises-commanditaires, ils ont préféré mettre leur talent au service de leur communauté plutôt que de l’offrir à ces mêmes organisations souvent milliardaires. C’est un geste fort portant aussi un message politique qui me rejoint dans mes propres convictions.

Au début de ma carrière, j’ai personnellement eu à travailler pour des produits qui manquaient de « noblesse », entre autres de l’équipement militaire. J’ai même déjà quitté un emploi jugé enviable pour cette raison. Je croyais pouvoir résoudre la question morale en fondant ma propre entreprise, qui œuvrait dans les énergies renouvelables. Cependant, je me suis assez vite rendu compte que même les « énergies vertes» ont leur côté sombre et que, en tant qu’ingénieur et entrepreneur, j’étais très engagé dans un système qui m’utilisait beaucoup plus dans le but de faire « rouler l’économie » et de « créer de l’emploi», que de fournir de l’énergie à ceux qui en ont le plus besoin. Et souvent, cela se produisait au détriment de l’environnement et des communautés touchées.

QUELS SONT LES IMPACTS (PRÉVUS OU MESURÉS) SUR LES COMMUNAUTÉS AUPRÈS DESQUELLES VOUS VOUS ÊTES ENGAGÉ?

Nous n’en sommes qu’à nos débuts, et, déjà, nous n’en revenons pas du nombre de demandes de rencontres et d’avis techniques qui nous parviennent de gens et de groupes avec des idées de projets. Pourquoi nous contactent-ils nous plutôt que d’autres firmes plus connues? À la base, c’est pour répondre aux mêmes questions et cerner les mêmes enjeux que n’importe qui : Est-ce faisable? Combien ça coûte? Est-ce rentable? Mais la véritable différence se situe ailleurs. Ces gens nous font confiance parce que nous partageons avec eux des valeurs et des objectifs fondamentalement altruistes. C’est la raison pour laquelle nous possédons déjà un bon réseau de contacts tant en agriculture urbaine qu’auprès de regroupements autochtones.

Même si ALTE est une jeune coop fondée par de jeunes ingénieurs, je suis persuadé que, très bientôt, nous commencerons à recruter des membres, ingénieurs et techniciens grisonnants. Des gens prêts à mettre leurs talents et leur temps au service en contribuant à temps partiel à des équipes de projets multidisciplinaires et qui seront rémunérés convenablement pour leur travail. La coop se donne aussi comme mission de réinvestir une majorité de ses profits en heures de service offertes à ces communautés. Ainsi, plus d'initiatives citoyennes auront accès à des services d'ingénierie de qualité.

QUEL MESSAGE OU CONSEIL AURIEZ-VOUS À TRANSMETTRE POUR INSPIRER VOS PAIRS DU MONDE DU GÉNIE À S’ENGAGER EUX AUSSI?

Dans une société technologique, ce à quoi nous consacrons la plus grande partie de notre temps et de notre talent en tant que professionnel, ça compte. L’ingénieur a un rôle à jouer pour « la suite du monde ». Personnellement, j’aimerais que ce soit un beau rôle.

QUELLE A ÉTÉ VOTRE PLUS GRANDE INSPIRATION?

Le professeur Yvez-Marie Abraham de HEC Montréal. Ses travaux portent sur la décroissance économique en réponse à la question sur le rôle de l’entrepreneur dans la transition sociale vers un modèle économique plus soutenable. Pour lui, ce dont le monde a le plus besoin maintenant, ce ne sont pas des entrepreneurs, mais des entreteneurs, des gens qui veillent à maintenir des systèmes vivants.

 

Par : Richard Evoy, Cofondateur et membre d’ALTE – Coopérative d’ingénierie

Projet : ALTE – Coopérative d’ingénierie

 

Voir tous les articles de la catégorie Engagement Concours IMDD 2017: 

Zénith

Les Vergers d'Afrique

Revenir au dossier Inventer le monde de demain 2017

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer