L’impact du 4.0 sur le modèle d’affaires

Geneviève Lefebvre, directrice de projet, innovation et transfert au CEFRIO, animait le panel « La contribution du monde du génie aux principaux enjeux et défis du passage au 4.0 » lors de l'événement Rencontres de Génie du 26 février 2019, organisée par Genium360. L’experte nous explique quels sont les impacts du 4.0 sur le monde des affaires.

Le 4.0 réinvente le monde des affaires de deux façons : tout d’abord, il y a l’utilisation des données

Lors de l’arrivée du 4.0 en Allemagne, le gouvernement a décidé d’investir massivement dans des campagnes auprès des entreprises afin de leur expliquer l’importance de collecter et d’analyser les données. Il fallait que toute l’industrie automobile prenne possession du marché des données, au même titre que Facebook ou Amazon. Ces compagnies sont en contact direct avec leurs utilisateurs et l’industrie manufacturière doit faire de même.

Nous sommes maintenant dans une économie d’outcome, du résultat. Il s’agit de payer selon l’utilisation qu’on fera d’un bien, au lieu d’acheter le bien. Prenons l’exemple de Rolls Royce. Ce qui coûte le plus cher aujourd’hui dans un avion, c’est le moteur. Rolls Royce propose donc aux entreprises de payer aux nombres de fois que l’avion vole, au lieu de payer pour le moteur. Un autre exemple avec Michelin; l’entreprise a mis sur le marché BtoB des pneus connectés afin d’extraire des données d’utilisation. Ils ont ainsi pu établir les moments où leurs clients allaient devoir changer leurs pneus, mais surtout, ils ont été capables de changer leur modèle d’affaires en leur offrant de louer un pneu au lieu de l’acheter, ce qui correspondait plus à la réalité du marché.

L’autre façon majeure par laquelle le 4.0 réinvente le monde, c’est l’aspect « solution complète »

Considérons l’équipementier John Deere. Tout comme Michelin, John Deere connecte ses tracteurs à Internet pour prédire la date à laquelle il faut effectuer la maintenance, mais ils sont maintenant passés à l’étape supérieure. L’entreprise offre un logiciel de gestion pour les fermes. Tous les agriculteurs seront obligés dans quelques années, d’être complètement tournés vers le numérique et John Deere sera alors la solution vers laquelle ils pourront se tourner. L’équipementier a su diversifier sa gamme de services pour anticiper les besoins de ses clients.

Mais faire du 4.0 n’est pas toujours facile et contient son lot d’embûches

Il y a tout d’abord, la pénurie de main d’œuvre actuelle à laquelle va s’ajouter le besoin croissant d’ingénieurs et surtout d’ingénieurs industriels. Ce sont eux qui comprennent les processus et qui sont capables de cerner une opportunité, ou de résoudre un problème de processus. Cependant, les universités n’en fournissent pas autant que le marché en a besoin.

Et ces ingénieurs vont devoir s’adapter à la réalité et intégrer de l’analyse de données à leurs compétences. Geneviève Lefebvre explique que « dans deux ou trois ans, n’importe quel ingénieur sortant de l’école, aura une connaissance de base pour faire une première analyse ou valider des données. »

Enfin, ces employés vont également devoir travailler leur communication interpersonnelle. En effet, le 4.0 demande d’être constamment en mode collaboration avec ses collègues. De nos jours, les équipes de travail se demandent si tel produit est nécessaire, comment il peut être appliqué et en a-t-on vraiment besoin? Madame Lefebvre conclut que « nous sommes dans le design de service par la technologie sur le plancher de production. »

 

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer