La mobilité durable selon Letenda

Les autobus électriques ou hybrides ne sont pas nouveaux, mais Letenda propose une approche totalement différente pour des véhicules nouveau genre.

En quoi consiste votre projet? Pourquoi avez-vous choisi de vous y engager?

Un véhicule dont la structure est plus légère nécessite moins d’énergie pour se déplacer et, par conséquent, il peut franchir de plus grandes distances. C’est autour de ce principe fort simple et bien connu que Letenda oriente ses activités de développement d’un autobus à zéro émission polluante.
« Le problème avec les autobus à zéro émission existants, c’est que les fabricants actuels conservent leurs structures d’autobus au diesel pour y intégrer une propulsion électrique, explique Jonathan Beaulieu, partenaire et directeur des opérations de l’entreprise. Ce n’est toutefois pas une solution durable, car cela limite grandement les performances de ces véhicules. » 
Le spécialiste précise qu’afin d’accélérer l’acceptation des autobus électriques dans l’industrie, ceux-ci doivent offrir une meilleure autonomie, en plus d’améliorer le confort pour les usagers. « Pour y parvenir, nous devons donc complètement repenser la géométrie des autobus et faire preuve d’innovation afin d’en optimiser les performances jusque dans le poste de conduite. »

Une inspiration de l’aéronautique

À cet égard, Letenda se démarque avec Electrip, un autobus actuellement en phase de développement. « Nous sommes en fait le premier fabricant d’autobus à complètement revoir la géométrie et la conception de sa structure afin de profiter au maximum des avantages d’une propulsion électrique et de répondre aux besoins des opérateurs et des passagers », indique Nicolas Letendre, président de la société de Longueuil, qu’il a fondée après avoir quitté ses fonctions au sein de la division d’aéronautique du géant Bombardier. 
La géométrie nouvelle de Electrip présente d’ailleurs un concept manufacturier innovateur inspiré de l’industrie aéronautique pour en réduire le poids de 20 % et offrir une distance franchissable de plus de 250 kilomètres. Son plancher bas à 100 % procure une accessibilité accrue, alors que sa conception réduit fortement les coûts de maintenance pour les opérateurs. Sur le plan des dimensions, il ne mesure que 30 pieds, contre 40 pieds pour les bus conventionnels et 60 pour les autobus accordéons.

Un marché très réceptif

En plus des considérations ergonomiques, si l’équipe de Letenda a opté pour un tel format, c’est en raison des perspectives de marché pour celui-ci. « Partout dans le monde, les villes ont adopté des politiques en vue d’abandonner les autobus à combustible fossile, puis prendre un virage vers de nouveaux modèles, raconte Jonathan Beaulieu. Par exemple, à Los Angeles, tous les autobus seront de type zéro émission en 2030, alors qu’à Paris, l’on vise à ce que 80 % du parc de véhicule soit composé de tels autobus dès 2025. »
Tout en développant un prototype dont le grand dévoilement est prévu pour la fin de 2019, Letenda négocie actuellement avec d’éventuels partenaires dans le but de mettre en vitrine un prototype fonctionnel. Ici, l’on tente d’intéresser autant les municipalités que les services de navettes (universitaires, d’aéroport, etc.) afin de démontrer les possibilités et les nombreux avantages du Electrip.
On vise aussi à séduire les fonds de financement qui, habitués de collaborer avec des sociétés spécialisées dans les applications mobiles et l’intelligence artificielle, exigent souvent la production d’un prototype afin d’aller de l’avant dans un projet.
« Chaque autobus Letenda vendu remplacera un autobus au diesel et évitera donc la production de 78 tonnes d’équivalents en CO2 par année, dit Jonathan Beaulieu. Comme nous prévoyons en vendre 175 dans les cinq premières années, cela représente des dizaines de milliers de tonnes d’équivalents CO2. »
D’ici cinq ans, l’entreprise prévoit également la création directe d’au-delà de 50 emplois en plus de contribuer à faire du Québec un chef de file dans les technologies des véhicules électriques pour le transport public.

 

Gagnant(e) catégorie Entrepreneuriat du Concours IMDD 2017

Voir le site web du projet

 

Par : Jonathan Beaulieu, Génie mécanique – Polytechnique Montréal

Revenir au dossier Gagnants Inventer le monde de demain 2018

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer