Installation septique : les meilleures pratiques de caractérisation des sols

Avant d'installer un dispositif d'épuration des eaux usées, une foule de paramètres sont à prendre en considération : la topographie, la superficie et autres contraintes du site, la nature, la conductivité hydraulique et la perméabilité du sol, le niveau de la nappe phréatique, etc. Faites-vous des choix méthodologiques et technologiques éclairés? L'ingénieur Christian Vézina donnera prochainement une formation intensive et appliquée sur les installations septiques des résidences isolées ou des projets commerciaux non desservis par les infrastructures municipales. Une occasion de vérifier si vous adoptez les meilleures pratiques de caractérisation des sols et de parfaire vos connaissances!

Des lacunes dans la caractérisation des sols

À l'heure où les exigences environnementales se renforcent, les professionnels spécialisés en assainissement décentralisé des eaux usées sont-ils toujours bien outillés? « La principale lacune qui est en cause dans les dispositifs dysfonctionnels se trouve en amont, lors du travail de caractérisation des sols et du site », constate Christian Vézina à titre de membre du Comité d'inspection professionnel de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Il précise que les plaintes pointent le plus souvent un manque de compétences qui a mené à des installations inadéquates. « On observe un bagage insuffisant concernant les aspects techniques et réglementaires, poursuit-il. D'ailleurs, les programmes de génie, collégiaux et universitaires, offerts actuellement dans la province effleurent à peine le secteur des installations septiques. »

caractérisation des sols équipement

L'enjeu d'une bonne caractérisation des sols et du site

L'évaluation de la nature des sols détermine les technologies et les dimensions requises pour des installations septiques conformes à la réglementation. Une mauvaise caractérisation peut entraîner une défaillance du système et le rejet d'eaux usées dans l'environnement.

Le spécialiste en épuration des eaux usées rappelle les 3 étapes à suivre :

  1. La première étape se passe sur le terrain pour évaluer le site et la nature des sols. Christian Vézina explique : « Entre un sol argileux, à la faible perméabilité, et un sol sablonneux, qui percole, les solutions à privilégier seront bien différentes. »
  2. La deuxième étape importante consiste à choisir le système à mettre en place et les équipements à utiliser selon les conditions de sol rencontrées et le débit d'eaux usées à traiter. « Le volume d'eau distingue l'assainissement décentralisé d'une résidence de celui d'un projet commercial comme un terrain de camping ou de golf, les approches étant similaires », précise-t-il.
  3. La troisième étape comprend la demande des autorisations et des permis nécessaires auprès de la municipalité et du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Enfin, il faut surveiller le déroulement des travaux par rapport aux plans et devis avant de délivrer une attestation de conformité.

Le partage d'expériences vécues lors de la caractérisation des sols

Dans ses formations, l'expert-conseil en assainissement décentralisé partage volontiers ses connaissances et ses expériences de terrain et n'est pas avare de conseils. Les échanges sur des cas rencontrés par les ingénieurs, technologues ou géologues qui y participent apportent également une valeur ajoutée à la journée de formation.

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer