L’ingénierie du divertissement : de quoi s’occuper l’esprit!

Qui n’aime pas se divertir? En ce qui nous concerne, nous, les humains, le divertissement fait partie de nos vies. En ce qui me concerne, le divertissement est ma principale préoccupation, car il s’agit de mon champ d’activité professionnelle!

J’ai quand même parfois l’occasion d’oublier mes préoccupations en assistant à certains spectacles sur lesquels j’ai travaillé. Ce n’est pas évident de mettre mes préoccupations de côté lorsque j’observe des acrobates suspendus dans les airs qui font des sauts à couper le souffle!

Malgré tout, j’ai assisté dernièrement à un évènement hors du commun qui m’a procuré énormément de plaisir et de bonheur, ce qui ne m’était pas arrivé depuis fort longtemps lors d’un spectacle. Celui-ci était fantastique : Place des Anges!

Ce spectacle présenté dans le cadre des festivités du 375e de Montréal se déroulait au-dessus du Parterre du Quartier des Spectacles.

Oui, vous avez bien lu : au-dessus du Parterre! En effet, le spectacle était suspendu! Il était composé d’une douzaine de tyroliennes, passant directement au-dessus du public. La compagnie qui présentait le spectacle était l’entreprise française Gratte Ciel. Le principal défi, du moins en ce qui me concerne, était de valider les charges générées par chacune des tyroliennes, et ensuite, de s’assurer que les bâtiments soient en mesure de supporter les charges sans dommage. Le tout, bien sûr, sans modifier les bâtiments! Il fallait donc répartir les charges et utiliser des lests de plusieurs tonnes.

Les équipements étaient installés sur les toits de quatre d’édifices du centre-ville :

Édifice Bell
Point névralgique pour cette entreprise connue, nous devions nous ancrer sur le groupe électrogène de secours, qui sert à alimenter les réseaux de l’est du Canada en cas de panne. Bref, il fallait être sûr de notre coup!

Le Luthier
Un peu plus complexe, car l’édifice est âgé de plus de 100 ans et aucun plan n’était disponible. La charge générée par les équipements a été répartie uniformément, en s’assurant de ne pas dépasser la charge de conception de neige du Code du Bâtiment.

Le Loft des Arts
Il a fallu enlever plusieurs planches de la terrasse afin de s’ancrer directement à la structure d’acier. Mais vu que la terrasse était nouvelle,  quelques plans étaient disponibles. La photo ci-contre montre la quantité de câblage nécessaire au déroulement du spectacle.

La Maison Symphonique
Cet emplacement était plus facile pour la validation, car les plans de la structure étaient disponibles puisque le bâtiment est plus récent. Encore une fois, en répartissant la charge uniformément sans dépasser la charge de conception de neige, on s’assurait d’être sécuritaire. On peut voir sur la photo ici-bas les contenants d’eau servant de lest pour une des tyroliennes. À certains endroits, la charge verticale exercée sur le toit pouvait atteindre 31 kN, soit 7 000 lb.

Ce fut un pur bonheur de recevoir plusieurs tonnes de plumes sur la tête à la fin du spectacle. C’était tout simplement magique! Et c’était exactement le genre de finale de spectacle dont j’avais besoin pour mettre de côté les soucis de la vie !

Contactez-nous si vous avez des projets aussi fous :
nicolas.pelletier@mon-ingenieur.ca
www.mon-ingenieur.ca

Revenir au dossier L'ingénierie au service du divertissement

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer