UdeS First : au-delà de la découverte des sciences et de la robotique, l’objectif premier est de contrer le décrochage scolaire.

Finaliste catégorie Relève 
Concours IMDD 2017

Depuis trois ans, sous la bannière UdeS FIRST, des mentors bénévoles de l’Université de Sherbrooke initient les enfants et les adolescents au monde de la robotique.

EN QUOI CONSISTE VOTRE PROJET? POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE VOUS Y ENGAGER?

J’ai longtemps fait partie d’associations étudiantes, en m’intéressant particulièrement à leur volet philanthropique et aux causes qu’elles soutenaient. Toutefois, à la longue, j’en suis venu à trouver que de verser un chèque à une œuvre caritative ne suffisait pas. Cela me paraissait trop passif, et je cherchais un moyen de m’engager plus à fond. J’ai donc mis sur pied UdeS FIRST.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un événement annuel mondial qui se nomme FIRST (ici, il porte le nom Robotique FIRST Québec). Il s’agit d’un programme « compétitif » auquel participent des jeunes étudiants du primaire et du secondaire. Cela leur permet d’aborder les sciences et la robotique sous diverses approches.

Le tout culmine avec la présentation, chaque printemps, d’un festival de la robotique pendant une fin de semaine entière. À cette occasion, les 14-18 ans sont invités à une compétition où ils doivent concevoir en équipe un robot capable de réaliser des défis, de pratiquer un sport, etc. Les plus jeunes, eux, doivent fabriquer un robot à partir de pièces du jeu Lego.

J’ai orienté le programme UdeS FIRSTpour qu’il soit axé sur le plaisir et la découverte. En fait, je l’ai monté pour qu’il ressemble à quelque chose que j’aurais personnellement aimé lorsque j’étais jeune étudiant. Il combine du mentorat, du coaching et de l’enseignement. Et nous intervenons aussi auprès des professeurs, en leur offrant de la formation en robotique, car ils ne savent pas nécessairement à quelles portes cogner dans le but de trouver des mentors ou des spécialistes qui pourraient les épauler. Sans oublier un volet nommé « Robot en 100 heures », qui consiste en des capsules éducatives déposées sur le réseau YouTube.

QUELS SONT LES IMPACTS (PRÉVUS OU MESURÉS) SUR LES COMMUNAUTÉS AUPRÈS DESQUELLES VOUS VOUS ÊTES ENGAGÉ?

UdeS FIRST se définit comme une plaque tournante à la fois pour les étudiants et les enseignants. Pour les jeunes, au-delà de la découverte des sciences et de la robotique, l’objectif premier est de contrer le décrochage scolaire. De leur montrer qu’ils ont en eux un immense potentiel, car certains sont convaincu que les sciences sont l’apanage des premiers de classe.

Quant aux professeurs, nous souhaitons simplement les guider et les accompagner dans cette aventure. Il est évident qu’ils ne disposent pas des ressources et n’ont pas le temps nécessaire pour encadrer des classes entières et les initier au monde des sciences. Par conséquent, nous nous rendons dans les écoles à raison de six visites par année pour transmettre aux jeunes notre passion envers les sciences et les technologies.

À la première année d’UdeS FIRST nous avons travaillé auprès d’une classe de secondaire et de cinq du primaire. Dès l’année suivante, nous en comptions 12 au secondaire et encore cinq au primaire. Enfin, cette année, six écoles du primaire et 16 du secondaire se sont inscrites. Ce sont donc plus de 400 jeunes, de la région de Sherbrooke uniquement, qui s’initient aux sciences et à la robotique dans un contexte ludique.

QUEL MESSAGE OU CONSEIL AURIEZ-VOUS À TRANSMETTRE POUR INSPIRER VOS PAIRS DU MONDE DU GÉNIE À S’ENGAGER EUX AUSSI?

Les occasions existent, il fait savoir les saisir. On a tendance à craindre et à douter, mais on ne peut pas calculer l’impact positif d’un choix quand on s’engage dans un projet. Il faut donc aller de l’avant, car cela provoque souvent un effet de domino, puis nous porte vers des choses toujours plus enrichissantes.

QUELLE A ÉTÉ VOTRE PLUS GRANDE INSPIRATION?

Quand j’étais jeune, un de mes camarades de classe éprouvait des difficultés dans plusieurs matières scolaires. Puis, la robotique a changé sa vie, car il y excellait. Il a pris confiance en lui grâce à cette discipline, où il a constaté que ses idées étaient souvent bonnes et qu’elles pouvaient le mener loin.

VOTRE PROJET/ENTREPRISE EN UNE PHRASE ?

Les mentors d’UdeS FIRST permettent aux jeunes du primaire et du secondaire de découvrir les sciences et la robotique.

 

Par : Philippe Kikongi, génie chimique, Université de Sherbrooke

Voir la vidéo du projet

 

Voir tous les articles de la catégorie Relève Concours IMDD 2017: 

EMUS

Chinook

Revenir au dossier Inventer le monde de demain 2017

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer