Inspirer les jeunes de milieux défavorisés

Gagnante catégorie Engagement
Concours IMDD 2015

Passionnée par les matériaux et l'aérospatial, Jihane Ajaja, ingénieure jr., étudiante au doctorat à Polytechnique, est aussi une jeune femme engagée auprès des jeunes des écoles défavorisées de Montréal. Pour Jihane, les possibilités de l'aérospatial sont infinies, et les possibilités d'aider les jeunes, spécialement les filles, à s'intéresser aux sciences et au génie le sont tout autant. Un geste à la fois, elle contribue à offrir une chance égale à tous les enfants d'être émerveillés par la science.

En quoi consiste le projet dans lequel vous êtes impliquée?
En plus de mes études de doctorat en génie mécanique, je suis agente de projet à la Chaire Marianne-Mareschal de Polytechnique qui a pour mission de faire la promotion du génie auprès des femmes. Je suis impliquée dans plusieurs projets dont la Tournée Géniale, le projet auquel je consacre le plus de temps. La Tournée Géniale consiste à offrir des moments d'émerveillement aux jeunes des écoles défavorisées de Montréal à travers des activités scientifiques gratuites. Lorsque la tournée s'arrête dans une école, nous offrons 2 heures d'activité au cours desquelles il y a un atelier scientifique d'une heure et demie adapté en fonction du niveau scolaire, et ensuite, je parle du métier d'ingénieur avec les jeunes. Dans le cadre de ce projet, je suis responsable de l'adaptation du contenu des ateliers scientifiques, de la coordination de la tournée avec la direction des écoles et les professeurs, et je fais aussi l'animation des activités avec les jeunes de différents milieux et niveaux scolaires.

Ce qui distingue la Tournée Géniale, c'est qu'elle offre des activités entièrement gratuites. Notre approche consiste à proposer les activités aux écoles qui sont catégorisées comme « très défavorisées ». Les écoles répondent bien à l'appel, ça me réjouit de pouvoir contribuer à l'égalité des chances, du moins en ce qui a trait à l'éveil aux sciences. Nos activités scientifiques doivent respecter un budget d'un dollar par enfant pour un total de 20 classes de 30 élèves. Je travaille aussi à promouvoir les activités des organismes ayant des objectifs similaires à la Chaire Marianne-Mareschal dans l'objectif de maximiser le nombre d'enfants qui bénéficieront d'activités d'éveil à la science et au génie.

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager dans ce projet?
Personnellement, je suis préoccupée par le pourcentage de femmes en ingénierie qui demeure faible si on le compare à d'autres professions typiquement masculines dans lesquelles on voit le nombre de femmes augmenter plus rapidement. Chacun a des points positifs à amener à la profession, tant les hommes que les femmes.

Je crois qu'il y a un gros problème de perception de ce qu'est un ingénieur, on doit en parler davantage et encourager les petites filles à s'y intéresser. J'ai eu des parents qui m'ont stimulée et encouragée à m'intéresser aux sciences, mais tous les enfants n'ont pas cette chance, alors j'ai envie de redonner dans l'espoir d'inspirer certains d'entre eux. Selon moi, tous les enfants ont les mêmes capacités, et je trouve malheureux de constater qu'on les met rapidement dans des boîtes, on leur colle des étiquettes. Tous les enfants n'apprennent pas de la même façon, il faut s'adapter un peu à chacun, et appliquer différentes méthodes d'apprentissage, parce qu'ils ont tous le même potentiel.


Quels sont les impacts sur les jeunes auprès desquels vous vous êtes engagée?
Les enfants ont des étincelles dans les yeux lors des activités. Lorsque je les vois comprendre quelque chose grâce à une expérience scientifique, je m'aperçois à quel point ça les valorise. En vulgarisant le contenu, ils comprennent soudainement des concepts scientifiques. Les enseignants aussi sont très reconnaissants. C'est une chance pour eux d'avoir accès à ce type d'activité. Ils sont très heureux de recevoir la Tournée Géniale, ça leur offre du contenu auquel ils n'auraient pas accès autrement.

Quelle importance accordez-vous à l'engagement?
Je crois que s'engager, c'est essentiel. Personnellement, je peux dire que ça me rapproche des gens et m'apporte une dimension humaine importante. En tant qu'ingénieur, on peut évidemment travailler pour toutes sortes de compagnies, et je crois qu'on doit avoir le même niveau d'implication sous d'autres chapeaux que celui d'ingénieur.

Quel message auriez-vous à transmettre pour inspirer vos pairs du monde du génie?
Les ingénieurs ont une place énorme dans la vie, ils conçoivent les produits, gèrent les projets, et je crois qu'ils doivent redonner à la communauté, parce que ça nous rend meilleurs! Notre fonction d'ingénieurs implique que nous répondions aux besoins des gens grâce aux produits que nous développons. En nous engageant auprès d'eux, nous devenons meilleurs parce que nous comprenons un peu mieux leurs besoins. Lorsqu'on est étudiant, on veut des bourses, du financement, on veut des activités, on veut tout! Une fois que nous atteignons le statut de professionnel, je crois qu'on doit redonner à la communauté, c'est valorisant pour soi, et c'est apprécié par les gens à qui l'on vient en aide.

En tant qu'ingénieure, comment croyez-vous pouvoir faire une différence?
Je fais ce que je peux, en espérant que ça change les choses, dans tous les cas, j'apporte un impact positif! Par exemple dans mes implications auprès des jeunes, je peux voir immédiatement l'impact que je réussis à créer, et c'est certain que je vais continuer à m'impliquer tant et aussi longtemps que je le pourrai.
 

Découvrez tous les gagnants du concours Inventer le monde de demain 2015  

Revenir au dossier Inventer le monde de demain 2015

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer