4 défis pour démarrer une entreprise en début de carrière en génie

Démarrer une entreprise dans le monde du génie en début de carrière, c’est possible! En revanche, pour assurer le succès de votre démarche entrepreneuriale, il faut être conscient des principaux défis qui peuvent vous attendre afin de vous y préparer convenablement.

Afin de comprendre quels sont ces défis et surtout, les meilleures pistes de solutions pour les relever, nous avons été à la rencontre Véronique Dagenais-Cooper coordonnatrice pour l’organisme EGGENIUS, un service de soutien en entrepreneuriat pour les étudiants de la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval.

1.Mettre l’emphase sur les besoins des clients plutôt que sur la finalité du produit

Un premier défi important pour les jeunes entrepreneurs du monde du génie est d’évaluer correctement les besoins de la clientèle qu’ils espèrent desservir.

« Dans le monde du génie, mais aussi des sciences d’une manière plus globale, il y a une tendance chez les étudiants à focaliser sur l’excellence du produit plutôt que chez les besoins réels des clients » nous confie madame Dagenais-Cooper.

Prendre le temps d’analyser dès le départ les besoins de ses clients cibles permet aux entrepreneurs de développer des produits ou services pour lesquels leur clientèle aura un intérêt réel. Ce qui évite d’investir dans un projet dont la finalité ne vendra pas comme désiré.

Pour réussir à mieux comprendre les besoins de sa clientèle cible, l’étude de marché, le prototypage et les tests de mise en pratique auprès de clients cible sont les meilleurs alliés de l’entrepreneur.

2.Développer des compétences en gestion d’une PME

Toujours selon madame Dagenais-Cooper, un second défi rencontré par les jeunes entrepreneurs en génie est la gestion des aspects administratifs de l’entreprise. En effet, la coordonnatrice souligne qu’en début de parcours, il est fréquent que les jeunes entrepreneurs sous-estiment les compétences en lien avec l’administration nécessaires à la réalisation de leur projet d’entreprise.

Pour relever le défi, il est primordial d’être attentif aux besoins de son entreprise par rapport aux compétences administratives. En contexte entrepreneurial, créer un produit ou un service pertinent n’est que la première partie de l’équation, après coup, il faut assurer sa vente.

« La plupart du temps, les entrepreneurs réalisent au fil du développement de l’entreprise leurs besoins spécifiques en lien avec l’administration. Selon l’urgence du besoin et leurs propres centres d’intérêt, ces derniers décident de développer eux-mêmes les compétences nécessaires ou de s’associer à quelqu’un qui les possède » souligne madame Dagenais-Cooper.

3.Anticiper ses besoins et développer ses stratégies de financement

Un troisième défi fréquemment rencontré chez les jeunes entrepreneurs en génie est la recherche de financement d’entreprise. Pour ce qui est du financement, les besoins de chacun sont très variables, certains domaines du génie et certains types de projets exigeront des montants de financement particulièrement élevés.

Heureusement, comme le souligne la coordonnatrice : « Il existe de plus en plus d’appels de projets, de bourses et de subventions offertes pour les entrepreneurs technologiques et scientifiques. » Bien que cela rende le financement d’entreprise plus accessible, il va de soi que l’obtention de tel financement exige une certaine planification, un certain travail de la part de l’entrepreneur.

Il faut faire ses recherches, comprendre les différents types de financement disponible, anticiper ses besoins et planifier ses rondes de financement.

4.Apprendre à protéger sa propriété intellectuelle

Dernier sur notre liste, mais non le moindre, le défi de la protection de sa propriété intellectuelle en est un de taille pour plusieurs. Qu’il s’agisse de protection par droits d’auteur ou par le dépôt d’un brevet, les aspects juridiques en lien la protection de sa propriété intellectuelle sont complexes et peuvent s’avérer coûteux.

Sur ce point, madame Dagenais-Cooper souligne l’importance de s’entourer d’experts dans ce domaine. Elle tient à encourager les jeunes entrepreneurs à contacter différents organismes, programmes et ressources afin de les aider à s’y retrouver.

Finalement, elle conclut sur un dernier conseil : « Lorsque les entrepreneurs détiennent encore un statut d’étudiant, c’est un très bon moment pour agir, ces derniers ont alors accès à encore plus de ressources qu’après leur entrée sur le marché du travail. »

Revenir au dossier Entrepreneuriat

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer