Épargner pour la retraite en tant que finissant

Vous êtes finissant? Tous vos efforts ont enfin porté leurs fruits et vous prévoyez travailler en échange d’un salaire décent? Comme vous venez de terminer vos études et que de nombreuses années vous séparent encore du moment où vous cesserez vos activités professionnelles, vous direz que planifier votre retraite n’est pas une priorité. Pourtant, épargner pour la retraite le plus tôt possible peut être très avantageux.

Les symptômes

Le manque d’empressement à épargner pour la retraite se manifeste à travers divers symptômes qui ne trompent pas : vous ignorez exactement le montant d’argent dont vous avez besoin pour vous assurer une retraite confortable; vous êtes endetté, un problème particulièrement présent chez les jeunes qui sortent de l’université avec une dette d’études; vous procrastinez, car la retraite est encore loin et les priorités si nombreuses…

Quelques remèdes pour épargner pour la retraite

Il existe de nombreux remèdes contre vos symptômes. En voici quelques-uns.

Établissez une stratégie d’épargne pour la retraite

La première mesure est de mettre en place un plan d’épargne retraite  rigoureux, préférablement avec l’aide d’un conseiller financier. L’idéal est de planifier d’emblée en fonction de la retraite, mais une simple stratégie d’épargne peut être un bon point de départ. D’abord, il s’agit simplement de choisir les types de véhicules les plus appropriés à sa situation (REER, CELI, compte non enregistré), puis les produits de placement à privilégier, pour ensuite y investir de l’argent régulièrement.

Mettez du temps devant vous pour épargner pour la retraite

En matière de placement, le temps est le plus puissant levier. Comme le montre le diagramme suivant, pour épargner pour sa retraite et amasser le même capital, la personne de 25 ans aura à déployer un effort beaucoup plus léger  que celle de 45 ans.

Cotisations annuelles requises pour accumuler un capital de 1 000 000 $* à 65 ans1

tableau epargne retraite

*Taux de rendement annuel composé de 5%2

[1] Source : Gestion FÉRIQUE

[2] Ce taux de rendement n’est utilisé qu’à titre illustratif. Les chiffres exacts de la démonstration peuvent différer grandement selon votre rendement annuel réel.

Maintenant, imaginons que vous soyez ce jeune professionnel de 25 ans. Vous cotisez 7 800 $ par année à un REER jusqu’à ce que vous ayez 40 ans. Avec un rendement annuel moyen composé de 5 %2, vos cotisations de 124 800 $ (16 ans X 7 800 $) vous auront procuré un capital de 656 123 $ à la fin de vos 65 ans. Supposons qu’au contraire, vous attendez d’avoir 41 ans pour commencer à épargner et qu’alors, vous cotisez 7 800 $ par année, jusqu’à 65 ans. Quel capital ces cotisations de 195 000 $ (25 ans X 7 800 $) vous auront-elles procuré? Réponse : 390 885 $, soit 265 238 $ de moins! En retardant de 16 ans votre stratégie d’épargne pour la retraite, vous vous êtes privé de ces années de rendement tout en ayant cotisé davantage.

Adhérez à un plan d’épargne périodique

Tous n’ont pas les moyens d’effectuer une grosse cotisation REER une fois par année. Opter pour une approche périodique – par exemple en cotisant à son REER chaque mois – est assurément une meilleure option pour bâtir un capital avec un minimum d’effort. L’épargne pour la retraite périodique est particulièrement appropriée dans un REER ou un CELI, où le rendement composé se déploie en continu à l’abri de l’impôt. Mais si vous atteignez déjà votre plafond de cotisation, des véhicules non enregistrés sont disponibles dans lesquels vous pouvez aussi mettre en place un plan périodique.

En conclusion, sachez que retarder l’épargne n’est qu’une seule des mauvaises habitudes qui peuvent nuire à l’atteinte des objectifs de retraite.

Pour en apprendre davantage sur le sujet, consultez notre site web ou contactez un conseiller ou représentant en épargne collective du service-conseil de Services d’investissement FÉRIQUE.

Avis légal

Vous pourriez aimer aussi

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer