Jour de la terre : portrait de l’actualité sur l’impact environnemental de la COVID-19

Présenté par:
Logo sponsor

La lutte contre les changements climatiques subit les conséquences de la crise sanitaire actuelle. À l'occasion du Jour de la terre, on se questionne sur l’impact environnemental de la COVID-19. En effet, alors que des milliers d’entreprises sont fermées, des avions cloués au sol et que des industries sont en pause, la nature a pu respirer un peu le temps de quelques semaines. Quels seront les réels effets de la COVID-19 sur l’environnement? Voici le portrait de l’actualité sur l’impact environnemental de la COVID-19.

Moins d’émissions de gaz à effet de serre durant la crise de la COVID-19

M. Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, explique que la crise sanitaire pourrait nous permettre d'atteindre les objectifs de réduction de l’émission des effets de serre en 2020, c’est-à-dire 20% de moins que 1990 (La Presse). En effet, durant les grandes récessions, les émissions à effets de serre sont à la baisse d’après Jean-Thomas Bernard, rédacteur de Quebec's Green Future : The Lowest-Cost Route to Green Gas Reductions (Radio-Canada). Il est question d’une réduction estimée à 0.24 mégatonne par semaine selon M. Pineau de l’Association de l’énergie du Québec (La Presse).

Cette baisse serait toutefois jugée insignifiante pour le développement durable d’après Joeri Rogelj, expert du changement climatique et contributeur du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) (Radio-Canada). Malgré tout, Christian Messier, directeur scientifique de l’Institut des sciences de la forêt tempérée (ISFORT) estime qu’il s’agit là d’une légère réduction des émissions à effet de serre, relativement petite à l’échelle mondiale. (Le Droit)

Consommation d’énergie à la hausse durant le confinement lié à la COVID-19

M. Pineau affirmait lors des Rencontres de génie sur les innovations énergétiques que « les technologies vont toujours nous aider à consommer moins d’énergie. Les équipements électriques en résidence sont à la hausse, la technologie s’améliore, mais on consomme plus. »  Il y a donc un effet rebond, expliquait-il. Plus les technologies sont efficaces, plus il y a une hausse de la consommation. En cette période de confinement due à la COVID-19, il y a une hausse de 5 à 6 GWh de plus qu’à la normale selon Hydro-Québec (La Presse).

Consommation alimentaire : c’est le Jour de la terre ou l’avant-Noël?

Nous avons atteint 16% de plus en consommation alimentaire que la semaine avant Noël selon Statistiques Canada (Le Devoir). Une étude de cinq chercheurs en économie aux États-Unis a démontré que peu après le confinement, il y a eu une croissance de 50% des dépenses comparativement à la même période en 2019, puis une chute de 80% (Les Affaires). Il n’y a pas d’études comparables pour le Québec actuellement.

COVID-19, une menace urgente. Les changements climatiques, une menace à long terme.

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) a affirmé que la « COVID-19 est la menace la plus urgente à laquelle l'humanité est confrontée aujourd'hui, mais nous ne pouvons pas oublier que les changements climatiques sont la plus grande menace à laquelle l'humanité est confrontée à long terme. » (ONU)

Les fonds de soutien pour la lutte aux changements climatiques seront sans doute ralentis d’après François Delorme, économiste et chercheur associé à la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques. Il estime même que ça pourrait prendre 10 années de plus pour contrer les impacts environnementaux (La Tribune). Les émissions à effet de serre devaient être réduites pour 2030 et la neutralité carbone devait être atteinte pour 2050 selon les travaux du GIEC. L’ONU rappelle que « la science sur le climat n’a pas changé » et que les objectifs verts et les efforts en développement durable ne soient pas perdus de vue dans cette crise sanitaire et économique (ONU). La crise environnementale, elle y était déjà.

2020, 50e anniversaire du Jour de la terre

2020, c’est le 50e anniversaire du Jour de la terre et c'est de la maison que la plupart d'entre nous la célébrons : #jourdelaterrechezsoi.

 

Photo de couverture par Dex Ezekiel via Unsplash.

 

Revenir au dossier COVID-19 : Relever ensemble les défis de notre temps

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer