Dundee Sustainable Technologies : Élaborer des procédés verts et novateurs pour l’industrie minière

Finaliste catégorie innovation
Concours IMDD 2016

Confrontée à une pression croissante pour améliorer ses pratiques et développer de meilleurs procédés respectueux de l'environnement, l'industrie minière est maintenant forcée de se remettre en question. David Lemieux, ing., est vice-président exécutif de Dundee Sustainable Technologies (DST), une entreprise qui a développé des technologies hydrométallurgiques pour l'extraction des métaux de base et précieux à partir de minerais. 

COMMENT DST RÉUSSIT-ELLE À INNOVER DANS L'INDUSTRIE MINIÈRE?
Dans le monde, de nombreuses juridictions minières ont, à ce jour, interdit ou restreint l'utilisation du cyanure. En plus des difficultés à obtenir les permis, les sociétés minières doivent désormais faire face aux préoccupations environnementales croissantes. DST a conçu une méthode de chloration pour l'extraction de métaux précieux à partir de minéraux, une approche alternative au processus traditionnel de cyanuration. La technologie repose sur l'utilisation des liquides et des gaz en boucle fermée ainsi que sur la production de résidus de traitement solides inertes et insolubles dépourvus de sulfure et qui ne génèrent pas d'acide. L'eau de traitement et la solution sont recyclées dans le circuit. Notre procédé d'extraction a atteint un excellent taux de récupération d'or, dans une fraction du temps requis par le procédé traditionnel pour des résultats semblables.En plus de son procédé de chloration, DST a élaboré une nouvelle technique pour la stabilisation de l'arsenic, souvent associé avec les dépôts de métaux précieux et de base. Cette approche consiste à intégrer l'arsenic dans un verre très stable. Les coûts du procédé de séquestration de l'arsenic par la technologie de vitrification sont plus faibles que ceux des approches classiques, comme la formation de scorodite. La méthode permet de produire un résidu de verre insoluble, stable, répondant aux exigences du procédé caractéristique de toxicité de lixiviation (TCLP, ou la méthode EPA 1311). L'entreprise a par ailleurs reçu d'Environnement Canada, par l'entremise du Programme de vérification de technologies environnementales (VTE), une certification indépendante de la performance de son procédé d'extraction d'or sans cyanure.

QU'EST-CE QUI DÉMARQUE CE PROCÉDÉ INNOVANT?
D'abord, le procédé d'extraction d'or sans cyanure élimine le risque de manipulations du cyanure lui-même, ce qui supprime à la source le potentiel d'accidents environnementaux. De plus, il est en boucle fermée, ce qui permet de recycler les agents utilisés pour l'extraction de l'or (chlorures et bromures). Par ailleurs, les conditions d'opération sont à pression atmosphérique et à température ambiante. Cela aide à diminuer les coûts de construction. Finalement, le procédé ne comporte aucun effluent liquide et peut même se servir de l'eau de mer, contenant des chlorures, comme source d'appoint. Il permet donc de préserver les ressources en eau dont certains pays manquent cruellement.

QU'AVEZ-VOUS RETENU DES DÉFIS QUE VOUS AVEZ AFFRONTÉS?
L'élaboration d'un procédé industriel avec le potentiel de devenir un «game changer» pour une industrie entière constitue un défi titanesque. Par ailleurs, le développement d'une expertise à l'interne est accompagné de toutes sortes de défis. Nous sommes très fiers davoir pu compter sur une équipe qui a su suivre l'évolution du procédé et des mandats s'y rattachant, bien qu'ils soient très différents selon les phases de laboratoire, pilotage, ingénierie ou opération d'usine.

QUELS SONT LES IMPACTS DE CETTE INNOVATION SUR VOTRE INDUSTRIE?
L'implantation d'une première usine industrielle de pleine taille recourant au procédé d'extraction d'or de DST a le potentiel de révolutionner l'industrie de l'or. Concrètement, cela veut dire qu'on peut extraire une once d'or au même coût, sans le risque environnemental lié à la manipulation du cyanure. Nous pouvons donc exécuter la même procédure dans le meilleur respect de l'environnement. Plusieurs gouvernements fédéraux ou provinciaux ont déjà banni ou fortement restreint l'utilisation du cyanure. L'émergence d'une technologie sans cyanure pourrait accélérer son interdiction dans d'autres régions du monde et ainsi forcer indirectement l'industrie à améliorer ses pratiques.

QUELLE EST VOTRE PLUS GRANDE INSPIRATION?
J'ai la chance et le grand privilège de travailler avec la personne qui est pour moi un mentor, Jean-Marc Lalancette. Ces 10 dernières années, j'ai pu développer une communauté de pensée qui nous permet de concrétiser des idées novatrices dans une réalité industrielle. M. Lalancette, maintenant âgé de 82 ans, possède une feuille de route impressionnante avec 140 brevets, cumulés dans le cadre de son travail comme fondateur, professeur et vice-recteur du département de chimie de l'Université de Sherbrooke. Je suis par contre peut-être encore plus inspiré par ses qualités humaines et d'entrepreneur. Il n'a pas hésité à quitter un poste prestigieux et sécuritaire à l'université pour lancer sa propre société privée. Pour moi, il représente un exemple tant dans ma vie professionnelle que personnelle.

AVEZ-VOUS UN MESSAGE POUR INSPIRER VOS PAIRS À INNOVER À LEUR TOUR?
Je pense que l'ingrédient essentiel pour oeuvrer dans le monde de l'innovation est la passion. Certains secteurs sont plus ouverts que d'autres à l'innovation et certains sont de nature plus conservatrice. L'industrie minière est certainement parmi les plus conservatrices. Afin de convaincre ses pairs des mérites des approches proposés, il est également essentiel de disposer d'une bonne dose de confiance en soi et de rigueur. Les forces préférant le statu quo à l'innovation seront toujours présentes et militeront pour développer des argumentaires qui les porteront à éviter le changement. Cela dit, j'ai aussi découvert qu'une partie des acteurs seront toujours ouverts à l'innovation, soit par la force des choses, soit par convictions personnelles. Il faut donc avoir l'audace de proposer de nouvelles idées, le courage de les défendre et toute la rigueur nécessaire pour établir leur crédibilité.

Voir tous les articles de la catégorie Innovation IMDD 2016:

 
Revenir au dossier Inventer le monde de demain 2016

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer