Déconfinement : des masques et de la soie

Avec le processus de déconfinement qui s’entame dans certaines régions du Québec, le gouvernement provincial recommande fortement le port du masque, ou couvre-visage, par la population dans ses déplacements lorsque la distanciation sociale est difficile. Chez Genium360, nous avons recherché pour vous la qualité principale d’un bon masque maison.

Pendant la période de confinement, la pénurie de masques N95 et de procédure dans la province a poussé le gouvernement à prioriser le lavage des mains et la distanciation sociale au port du masque comme mesures barrières. De toute façon, nous étions tous supposés rester tranquillement à la maison le temps que l’orage passe. Cependant, le changement de paradigme accompagnant le déconfinement progressif et l’entreprenariat local fleurissant l’ont maintenant fait changer de discours. Nous pouvons trouver tout un éventail de masques dans nombre de boutiques en ligne ou décider de le faire soi-même à la maison.

La triple épaisseur, pas utile que pour le papier de toilette

Plusieurs techniques sont apparues dans les tutoriels ces derniers mois et les plus efficaces ont toutes la même chose en commun; non ce n’est pas des couleurs assorties à tous vos habits, mais plutôt la multiplication des épaisseurs.

Le coton offre une certaine barrière mécanique contre les gouttelettes, mais ne filtre que 18,2% des particules sur 2 épaisseurs et 19,5% sur 4[i]. C’est donc dire que ce n’est pas très efficace pour vous protéger du virus. En revanche, selon une étude publiée récemment, si on utilise un coton haute densité et qu’on l’insère entre deux couches de soie ou de mousseline, ces dernières ajoutent une barrière électrostatique qui permet une filtration des aérosols. Ainsi vous avez un masque dont les propriétés de filtration se comparent à celles d’un masque chirurgical, soit 60 à 80%[ii]. Qui a dit que la soie n’était bonne que pour les robes de soirée?

L’électricité statique à la rescousse

La soie se compose de deux protéines, la fibroïne, un polymère d’acides aminés (répétition d'acides aminés hydrophobes Gly-Ser-Gly-Ala-Gly-Ala), et la séricine, qui sert à coller les filaments de fibroïne ensemble lorsque extrudés des glandes du ver[iii]. Elle a la propriété d’être électriquement neutre ce qui l’attire vers toutes les particules chargées positivement ou négativement. C’est aussi pour cette raison qu’elle est particulièrement prompte à l’électricité statique.

Conseils d’usage et d’entretien

Maintenant que nous savons quels matériaux sont les plus efficaces, regardons maintenant quelques petits conseils d’usage et d’entretien :

  • Toujours laver ses mains avant de mettre un masque et après l’avoir retiré.
  • Utiliser les attaches pour le mettre ou l’enlever sans toucher sa surface frontale.
  • S’assurer qu’il est bien ajusté à son visage, un masque trop grand ou ne couvrant pas le nez perd grandement de son efficacité.
  • Le désinfecter après chaque utilisation, il y a ici une différence entre nettoyage et désinfection. Pour une désinfection, il doit être lavé à plus de 60°C. On peut utiliser la machine à laver et un détersif ordinaire, l’eau de javel peut être utilisée, mais n’est pas nécessaire. De plus, cette dernière peut causer des problèmes respiratoires ou de peau.
  • Laisser le sécher entièrement avant de le réutiliser, un masque continuellement humide peut voir apparaitre de la moisissure. Il est donc recommandé de s’en procurer quelquesuns et faire une rotation.
  • Ne pas utiliser le microonde pour le désinfecter, ce n’est pas une éponge de cuisine! De plus, la plupart des masques contiennent une barrette en métal au niveau du nez qui n’aime pas particulièrement ces appareils.

Le masque, pas un remède miracle

Pour terminer, le port du masque n’est pas un remède miracle contre le virus, nous devons donc tous continuer à appliquer les autres mesures sanitaires : lavage des mains, distanciation sociale et limitation des sorties.

Alors vous voilà un peu mieux outillé si vous êtes appelés à reprendre une vie active à l’extérieur de votre cocon ou si vous vous lancez dans la fabrication de masques maisons.

 

Revenir au dossier COVID-19 : Relever ensemble les défis de notre temps

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer