À offrir ou à dévorer soi-même : les suggestions de lectures de la rédaction

Dans quelques jours, une fois passées les célébrations en famille ou entre amis, la plupart d’entre nous vont enfin profiter de quelques jours de repos bien mérités. Bien emmitouflés sur nos canapés respectifs, munis d’une boisson chaude à la main, rien de mieux qu’un bon livre pour s’évader. Pour vous aider à faire le bon choix parmi tous les ouvrages disponibles, nous avons sondé nos libraires préférés. Voici la courte liste de nos 12 incontournables, à offrir ou à dévorer soi-même.

BD et romans graphiques

1. « La Grosse laide » de Marie-Noëlle Hébert, publié chez Quai N°5

« Malgré un titre assez étrange, c’est un bel ouvrage sur l’acception de soi », nous conseille Billy Robinson de la Librairie de Verdun. En effet, en cette ère où grossophopie et canons de beautés s’entrechoquent sur nos réseaux sociaux, peut-être devrions-nous prendre quelques instants afin de nous interroger sur notre propre perception de nous-mêmes.

2. « Paul à la maison », de Michel Rabagliati, publié chez La Pastèque

Neuvième ouvrage de la série, consacré à la thématique du deuil, le nouveau « Paul » impressionne par son authenticité, « son côté très personnel, très universel », de dire M. Robinson.

Jeunesse

1. « C’est quoi un réfugié », par Élise Gravel, publié par La Courte Échelle

Mieux connue du grand public depuis sont passage à l’émission Tout le monde en parle, Élise Gravel fait mouche. « Elle vulgarise très bien l’inclusion aux enfants, explique Lionel Lévêque de la Librairie de Verdun. Une belle façon d’apprendre le partage et la tolérance ». À partir de 5 ans.

2. « Que veux-tu, petite mouche ? », par Marianne Dubuc, publié par Éditions Album

Un tout-carton parfait pour inculquer le plaisir de lire aux tous petits. « Très touchant et accessible », explique M. Lévêque. À partir d’un an.

Polar

1. « Lazare », par Lars Kepler, publié chez Actes Sud

Dans la foulée des polars scandinaves, le dernier ouvrage du couple qui se cache derrière le pseudonyme « Lars Kepler » se dévore d’une traite. Mais attention, c’est très noir. Cœurs sensibles s’abstenir.

2.  « Ghetto X », par Martin Michaud, publié chez Libre Expression

Passé maître dans l’art de fabriquer des polars d’une efficacité redoutable, Martin Michaud nous revient avec une enquête pleine de rebondissements de Victor Lessard.

Québécois

1. « Ta mort à moi », David Goudreault, publié chez Stanké

Très au fait de l’actualité et critique pertinent de notre société, l’excellent David Goudreault nous offre un ouvrage « vraiment fantastique, croit Billy Robinson. Une véritable ode à la littérature. »

2. « L’allume-cigarette de la Chrysler noire », de Serge Bouchard, publié chez Boréal

Un conteur formidable que ce Serge Bouchard. L’anthropologue que l’on peut écouter à la radio de Radio-Canada nous revient avec un recueil de textes destinés à être lus sur les ondes. Captivant et touchant. Recommandé par la Librairie Paulines, à Rosemont.

Recettes

1. « Mes grands classiques véganes », de Jean-Philippe Cyr, aux Éditions Cardinal

Qu’on le veuille ou non, le véganisme est de plus en plus populaire. Et qu’on veuille s’y mettre ou parce qu’on veut faire plaisir à un adepte dans notre entourage, Jean-Philippe Cyr propose 100 recettes inspirées « de nos grands-mères » avec « humour et créativité », suggère François Dallaire, acheteur à la Librairie Paulines.

2. « L’apéro au Québec », de Rose Simard Maxime Coubès, KO Éditions

Tannés de siroter les mêmes cocktails pendant vos célébrations? Voilà un beau livre pratique et riche en découvertes de produits locaux. « Magnifique », s’exclame Billy Robinson de la Librairie de Verdun.

Développement personnel

1. « Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez », Nicolas Bérubé, Éditions La Presse

Un titre intriguant et des exemples judicieux afin de remettre en question la gestion de nos finances personnelles. Avec les dépenses des fêtes en tête…

2. « Factfulness », par Hans Rosling, publié par Flammarion

Dans une époque où les « faits alternatifs » pleuvent et où la réputation des médias en prend pour son rhume, l’auteur tente de démontrer que non seulement notre vision pessimiste de l’état du monde est infondée, mais qu’en plus, il y aurait des stratégies pour y remédier. Qui a besoin d’une petite lueur d’espoir en ces journées froides et sombres?

 

Photo par Ving N via Unsplash

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer