Concours IMDD | Projet Elle-Ectrac

Finaliste catégorie engagement
Concours IMDD 2019

 

La voiture électrique est l’un des sujets chauds du monde des transports, spécialement avec le dévoilement récent du Cyber Truck d’Elon Musk. L’effervescence est cependant absente à l’extérieur des véhicules grand public, outre pour un ingénieur et agriculteur québécois qui a lancé un projet d’électrification de tracteur. En effet, Hubert Philion fait partie de la cinquième génération à reprendre les rênes de l’entreprise familiale avec une vision en tête : bâtir une ferme plus durable.

 

Une idée qui est née après avoir gagné… un concours!

Hubert nous explique : « Il y a environ 5 ans, j’étais allé à une exposition où il y avait un concours organisé par Tesla et Sun Country Highway afin de bonifier l’offre de stations pour le grand public. J’y ai alors gagné deux bornes et ç’a été le déclic pour moi. » Quelques mois après avoir installé ses nouvelles bornes, une connaissance à la Ville de Montréal lui vend une scie électrique et le met au défi d’aller jusqu’à concevoir un tracteur : « Je trouvais l’idée intéressante et je me suis dit que ça serait l’occasion de faire de quoi de bien pour l’environnement, tout en redonnant à mon Alma Mater ».

Il ne perd pas de temps et après avoir acheté un tracteur usagé à diesel, il propose à l’Université un projet intégrateur original : effectuer la conversion de ce dernier en tracteur électrique par une équipe 100% féminine. C’est là qu’est né Elle-Ectrac, qui reprend les mots tracteur (trac), électrique (Ec) et conçu par des ingénieures (Elle).

 

Plusieurs défis techniques à solutionner

Le projet est intéressant du point de vue de l’ingénierie, puisqu’il requiert de solutionner des défis autant mécaniques qu’électriques. Hubert mentionne que le tracteur a été désassemblé à 85%. D’autre part, puisque le moteur diesel faisait partie de la structure du véhicule, il a fallu reconcevoir une partie de celle-ci.

Du côté électrique, il faut trouver le bon moteur qui fournira assez de puissance. Également, il faut revoir l’installation de composantes telles que la pompe hydraulique, la servo-direction, l’alternateur et l’air climatisé, tout en ayant assez d’autonomie. Il est d’ailleurs à la recherche de nouvelles candidates qui seront en mesure de terminer le désassemblage puis de trouver des solutions à ces problématiques.

 

Une opportunité commerciale intéressante

L’ingénieur agricole mentionne que ce type de tracteur est inexistant sur le marché : « Fendt, une division d’Agco, a mis au point récemment un tracteur de moyen gabarit qui est 100% électrique. Cependant pour des vignobles ou des cultures arboricoles comme la mienne, de plus petits tracteurs électriques n’existent tout simplement pas. » C’est encore plus intéressant du point de vue environnemental puisque le pot d’échappement, souvent dirigé vers le sol, n’ira plus contaminer les bases des cultures. « C’est clair qu’il y a ici une opportunité commerciale mais pour l’instant le projet est financé par l’entreprise familiale. On utiliserait donc l’argent à cet effet », précise-t-il.

 

Votez pour Elle-Ectrac!

 

Revenir au dossier Concours Inventer le monde de demain 2019 : les votes sont terminés!

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer