Repenser les modèles de gestion grâce au Neuroleadership

Qu'est-ce que le Neuroleadership?

Le neuroleadership est une approche de gestion basée sur de récentes études en neurosciences. David Rock est le premier à avoir utilisé ce terme en plus d'avoir fondé le Neuroleadership institute, une organisation vouée à la recherche et au développement de cette discipline.

Selon un des concepts centraux du neuroleadership, le cerveau réagirait de la même manière aux menaces et opportunités sociales au travail (commentaire désobligeant, reconnaissance de nos accomplissements, etc.) qu'aux menaces physiques. Le rejet social, par exemple, active les mêmes régions cérébrales que celles reliées à la douleur physique.

Quelles sont les répercussions du neuroleadership sur les modèles de gestion et sur l'entreprise?

Cette approche nous amène à repenser certaines pratiques de gestion. Les évaluations de rendement traditionnelles basées sur une cote chiffrée, notamment, sont remises en question par les tenants du neuroleadership. Plusieurs grandes entreprises ont par ailleurs abandonné les cotes au profit de discussions structurées sur l'atteinte des résultats afin de tenir compte des nouvelles réalités du monde du travail, comme le travail d'équipe et l'interdépendance.

Les entreprises qui ont décidé de former leurs leaders à l'approche du neuroleadership admettent qu'il est nécessaire de répondre aux besoins sociaux et réactions émotionnelles des employés. La compréhension de ces besoins passe entre autres par la connaissance du fonctionnement du cerveau, là où naissent les émotions.

L'attraction et la rétention de personnel, enjeux centraux des organisations, sont en partie reliées à la satisfaction et au bien-être de l'employé au travail. Nous savons que de nombreux individus quittent une organisation parce qu'ils ne se sentent pas considérés, compris ou respectés, ceci étant généralement relié au comportement des leaders.

Y a-t-il des exemples d'entreprises qui appliquent déjà cette méthode? Quels sont les résultats?

Les lancements de produits Apple sont souvent cités comme un exemple d'application concrète de certains principes de neuroscience. Ils font appel aux émotions positives et créent l'anticipation, suscitant un engouement et le désir de faire partie de la communauté des utilisateurs. Leur facilité d'utilisation active le système de récompense de notre cerveau.

Plusieurs grandes entreprises ont par ailleurs adopté des méthodes et pratiques inspirées des découvertes de la neuroscience : salles de méditation et programmes de formation sur la pleine conscience (MBSR : Mindfulness based stress reduction) chez Google par exemple, dont l'instigateur fut l'ingénieur en logiciels Chade-Meng Tan.

 

Article modifié par Genium360 le 11 octobre 2019.

 

FORMATION Le neuroleadership : une approche novatrice de gestion

Date : Jan. 20, 2021, 9 a.m.
Durée : 6 heures
Lieu : En ligne

L’apport récent des neurosciences au leadership a donné naissance à un nouveau champ d’étude : le neuroleadership. Cette discipline se dédie à l’amélioration des pratiques des leaders, se fondant sur les nombreuses études sur le fonctionnement du cerveau.

Les ingénieurs occupant des postes de gestionnaire doivent constamment évaluer et réviser leurs façons de faire pour s’assurer d’obtenir les meilleurs résultats. Le neuroleadership permet d’accéder à des méthodes scientifiquement validées pour faire face aux nombreux défis que doit relever le leader d’aujourd’hui ; qu’il s’agisse de gestion de changement, de régulation émotionnelle, de gestion du stress, de collaboration et d’influence ou de résolution de problèmes. Ultimement, le neuroleadership vise à aider les leaders à augmenter leur efficacité.

La formation se donnera en webinaire en deux parties le 20 et 22 janvier 2021 de 9h à 12h. Une version en classe est également prévue le 12 janvier 2021 de 8h à 16h (Attention la formation en classe ne se donnera que si un nombre minimum de participants est atteint). 

En savoir plus

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer