Formation continue : pour tous les goûts!

La formation continue a la cote au Québec, d’autant plus qu’aujourd’hui, les manières de se mettre à jour professionnellement ou d’ajouter de nouvelles cordes à son arc sont plus nombreuses que jamais!

Qu’elle se déroule en classe, sur le lieu de travail, lors d’un séminaire ou en ligne, la formation continue permet aux travailleurs et travailleuses de développer ou de consolider de nouvelles compétences. Elle les rend plus à l’aise dans leur rôle actuel ou les prépare à de futures fonctions, en plus d’aider l’organisation à atteindre ses objectifs.

En présentiel, en virtuel…

La pandémie de COVID-19, qui a forcé une majorité d’organisations à implanter le télétravail complet ou le travail en mode hybride, a amené les fournisseurs de formation continue à diversifier leur offre.

« La formation en ligne, qu’il s’agisse de webinaires ou de modules, est une grosse tendance, indique Geneviève Tremblay, directrice du bureau d’Adecco à Saguenay. [Ce type de formation] permet d’avoir plus de gens en même temps; c’est particulièrement utile pour les entreprises qui ont plus d’un bureau ou qui sont en activité dans plusieurs pays. »

La formation continue offerte virtuellement a aussi pour avantage de permettre à tout un chacun d’y aller à son propre rythme. La formation en mode adaptatif a notamment recours à des algorithmes pour personnaliser les apprentissages en fonction des utilisateurs et utilisatrices et de leurs besoins.

L’apprentissage virtuel a toutefois ses limites, souligne Geneviève Tremblay. « C’est sûr qu’on obtient de meilleurs résultats en présentiel, que la formation est plus personnalisée, dit-elle. En virtuel, on le sait, il y a des gens qui vont parfois faire autre chose en même temps… »

L’idéal, selon cette dernière, est donc un équilibre entre les formations en ligne et celles en présentiel.

Savoir-faire et savoir-être

Les cours de perfectionnement peuvent évidemment aborder une foule de compétences techniques et tout à la fois toucher le savoir-être.

Au cours des prochaines années, les thèmes en vogue au sein des organisations vont aussi traiter du développement des compétences dites transversales, comme l’adaptation au changement, la diversité, l’équité et l’inclusion, de la communication efficace, de l’intelligence émotionnelle et de la gestion du stress, selon Paméla Bérubé, CRHA, vice-présidente et cofondatrice de Go RH.

Annie Ducharme fait toutefois une mise en garde aux gestionnaires : s’assurer que la formation, même si elle est subventionnée, correspond réellement aux besoins de l’organisation. Ainsi, pas question d’offrir de la formation à la pièce selon les humeurs des employés et employées. « Il n’y a pas de rendement du capital investi si on y va “pop-corn”! » prévient-elle.

Formation continue : quelques bonnes pratiques

  • Planifier des plages horaires réservées aux formations avec cohérence. « Une tendance qui est contradictoire, c’est d’offrir des formations sur l’heure du dîner alors que, comme organisation, on prône un meilleur équilibre et le droit à la déconnexion », souligne Geneviève Tremblay.
  • Impliquer les collègues d’expérience. La formation continue par les pairs, donc par jumelage, est essentielle pour assurer le transfert de connaissances entre un ou une collègue ayant plus d’expérience et un ou une autre plus jeune, selon Geneviève Tremblay. « C’est une tendance qu’on voit de plus en plus et qui permet un accompagnement plus personnalisé. »
  • Passer rapidement de la théorie à la pratique. « [Pour s’assurer que la formation porte bien ses fruits,] il ne s’agit pas seulement d’envoyer l’employé suivre une formation ou faire du coaching, mais bien d’équilibrer les diverses activités de développement qui vont l’emmener à être compétent », conseille Annie Ducharme, associée adjointe chez Normandin Beaudry.

 

Revenir au dossier Développement professionnel

Abonnez-vous à nos infolettres pour ne rien manquer